SNCF, rapport "Bianco", premiers commentaires.

Publié le 22 Avril 2013

http://lemag.zepass.com/wp-content/uploads/2012/01/sncf-train-intercites-teoz-corail-lunea.jpg

 

Pas question de le mettre intégralement en ligne, c'est copieux mais voici soit le lien pour le télécharger sous PDF(lien pour accéder au rapport Bianco) soit un accès vidéo :

Recommandations_JLBianco by Journaliste Libération (pas d'autre support de trouvé pour le diffuser)

 


Un document attendu par toutes celles et tous ceux qui s'intéressent à la question du transport ferré à la SNCF et à l'unicité du système ferroviaire.


Au premier abord, s'il semble que les cheminots pourraient avoir marqué un point important en ayant battu la cohérence ultra libérale de la directive 91 440 qui avait éclaté l'entreprise, c'est au premier abord seulement.

 

D'autant qu'instruit par les rebonds de duplicités politiques concernant ce dossier autant prende le temps de bien étudier le texte.


Certes, même si c'est limité par le reste du document, ne pas bouder son plaisir d'avoir imposé cette incontournable nécessité de l'unicité du système ferroviaire, deux décénies de luttes sans jamais rien lâcher y compris avec le renouvellement générationnel. Celles et ceux qui marquent ce point aujourd'hui était jeunes cheminots en 95 et les jeunes de 2008 ont continué la bataille. De quoi être fier de ceux qui aujourd'hui les font reculer pieds à pieds,  mais comment et à quel prix avec les solutions proposées par le rapporteur ?

 

La question du monopole public bien évidement n'est pas encore réglée. Qui pouvait l'espérer de la part d'un pouvoir qui cherche à faire accéder les grands groupes privés aux contrats des transports régionnaux?

 

D'autant que la configuration retenue prévoit de libérer de l'espace pour l'accès des tiers opérateurs au réseau .


Alors qu'aucun texte européen ne l'impose, gage donnée à l'UE, l'ex ministre des transports du gouvernement Bérégovoy quand est posée la question de la transposition de la directive 91 440 en droit français, Jean-Louis Bianco fait toujours de l'ouverture à la concurrence pour le transport national à l'horizon 2019 une nécessité.


 

Comme le dit le communiqué de la Fédération CGT des cheminots, ces préconisations sont marquées du sceaux de l'austérité et ne travaillent à l'appurement de la dette de l'état que par la restriction de l'offre de transport et donc de nouveaux coups au service public.

 

Tant que le carcan budgétaire ne sera pas cassé il n'y aura pas de solution durable et efficace d'assurée.


13-04-22--sur-le-rapport-Bianco.JPG

De nouveau rendez-vous entre cheminots et usagers vont être indispensables pour ne pas laisser la SNCF dans l'ornière et rendre au pays l'outil de service public des marchandises et des voyageurs auquel il a le droit.


Avis de La Canaille : le Président et son "comité stratégique" sont-ils les plus qualifiés pour sortir l'entreprise publique de là où il l'ont précipité ? Autant aller demander à Servier une étude sur le traitement du diabète. Ou ( lui souffle un jeune voisin de La Canaille) reprendre Domenech pour la prochaine coupe du monde (chacun choisira ses références).

 

D'autant que la SNCF ne manque pas en interne de compétences à tout niveaux pour réparer les dégats et remettre la machine sur de bons rails.

 

Nb : une nouvelle qui montre que cette réunification, comme le disait déjà à cette époque la Fédération CGT des cheminots  était sur le principe juridiquement possible quoiqu'ait pu en dire le ravi de la crêche quand il s'est installé au ministère des transports en 1997.

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Cheminots et luttes - l'avis duraille

Repost 0
Commenter cet article