PSA Aulnay, après les rumeurs du weekend

Publié le 22 Avril 2013

http://www.leparisien.fr/images/2012/09/04/2149825_psa-aulnay.jpg

 

Gros titres de Libé et du Monde sur "SUD quitte la grève".

 

Pour aider leur rédaction à ne pas predre le nord,  voici la boussole du jour :


Ce qu'en dit la CGT de PSA Aulnay :

PSA Aulnay : la grève continue et la production reste paralysée
22/04/2013
 
A LA UNE
 

Au bout de 14 semaines de grève, plus de 200 salariés restent déterminés à continuer le combat pour obtenir de la direction un accord écrit, contresigné par le ministère du travail, sur la réintégration de nos 4 camarades licenciés pour faits de grève, l'annulation de toutes les menaces de licenciement sur les 4 autres militants, la levée de toutes les poursuites pénales, ainsi que la garantie qu'aucun gréviste ne sera pénalisé sur le choix qu'il sera amené à faire (mutation sur le site de son choix, demande de formation, reclassement externe,...).

Le responsable de SUD PSA Aulnay quitte la grève

Depuis le 16 janvier, l'ensemble des grévistes ont décidé à l'unanimité de mettre en place une structure réunissant syndiqués et non syndiqués pour animer et gérer la grève. Ce comité de grève regroupe des salariés qui ont à cœur de prendre des responsabilités dans l'organisation de la grève, de réfléchir à sa politique, de proposer des solutions aux problèmes qui sont quotidiennement posés par la lutte.
 
C'est ensuite à l’Assemblée Générale réunissant les salariés en grève qu’il revient de trancher toutes les décisions concernant la grève : la politique de la grève, les actions à mener, la mise en place de la caisse de la solidarité, son mode de répartition, le service d'ordre, les actions en direction des mairies, l'organisation de la logistique (nourriture, transport), et, bien sûr, les revendications ainsi que les réunions avec la direction ou les pouvoirs publics, le mandat précis et le choix des membres des délégations.
 
La volonté des travailleurs est de diriger eux-mêmes leur propre grève, de faire respecter leurs décisions par les syndicats qui les soutiennent.
 
L'idée essentielle est bien sûr de ne pas nier l'existence des syndicats, mais bien de faire en sorte qu'ils soient au service des salariés en grève et qu'ils respectent toutes les décisions prises publiquement en Assemblées Générales. C'est le mode d'organisation le plus démocratique qui permet aux salariés de contrôler pleinement leur mouvement.
 
Le fait est que lors des dernières Assemblées Générales, le responsable de SUD a été mis en minorité à la quasi unanimité sur un problème de composition de délégation.
 
Le responsable de SUD PSA Aulnay a décidé ensuite de quitter la grève. Sur vingt membres du syndicat SUD plus de la moitié ont décidé de ne pas suivre sa décision et continuent toujours la grève.
 

Une semaine à venir marquée par plusieurs rendez-vous importants :

Lundi 22 avril : un rassemblement de lutte pour dénoncer les plans de licenciements et les fermetures d'usines est organisé à l'usine de PSA Aulnay.

A l'origine de ce rassemblement, les salariés en lutte de l'usine Fraisnors qui fabrique des pâtes, située à Arras, en liquidation judiciaire. Trois de ces salariés ont décidé de faire une marche en direction de l'Elysée pour dénoncer les promesses non tenues et font étape ce lundi midi à l'usine de PSA Aulnay.

La Fédération CGT de l'agroalimentaire en a profité pour demander à des délégations des entreprises de ce secteur qui subissent des plans de licenciement de se rassembler.

Les salariés en grève de PSA Aulnay se chargeront d'organiser un grand barbecue de lutte et de fraternité aux camarades de Fraisnor auxquels se joindront des délégations de Fralib, de Danone, de Pilpa, de Pic'or, de la chocolaterie de Dijon, de Val d'Aucy, de Nicolas, de Moulins Maurel,...

 
Mercredi 24 avril : Assemblée Générale annuelle des actionnaires de PSA.
A cette occasion les actionnaires vont voter l'autorisation à Philippe Varin, le PDG du groupe, de racheter près de 320 millions d’euros d'actions PSA. Cette politique de rachat d'actions avait été dénoncée par Montebourg en juillet dernier. Qu'en sera-t-il cette fois-ci ?

Autre décision scandaleuse : la distribution de 30 millions d’euros d'actions gratuites pour les principaux dirigeants du groupe. Autant de nouvelles preuves que l'entreprise n’est pas en difficulté.

 
Vendredi 26 avril : rendu du délibéré des assignations portées d'une part par l'ensemble des syndicats CGT du groupe PSA contre le plan des 11 200 suppressions d'emplois et d'autre part par celle de SUD PSA Aulnay contre le PSE d'Aulnay.
 
Dimanche 21 avril 2013

 

Dès qu'on gratte un peu l'encre des dépêches d'agences, apparaît le traitement permanent de l'information : tout faire pour dénigrer les luttes sociales et ceux qui les mènent, tenter de diviser les salariés en lutte,  quand tout est fait simultanément pour tendre micros et caméras vers les fascistes qui déambulent sans complexe ni entrave dans Paris ou Lyon.


Il serait plus qu'instructif de faire le ratio "forces de l'ordre" engagées et nombre de travailleurs devant chez Goodyear par rapport à "forces de l'ordre" engagées-nombre de d'ultra réac dans Paris ce week-end.

Cela éclairera sans aucun doute les priorités du pouvoir et du Mittermoch de Blummollet.


Toujours plus de célérité à défendre les actionnaires que la légalité républicaine.

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Du côté des luttes

Repost 0
Commenter cet article