Venezuela : Ohé les conseilleurs en DDDDémocratie !

Publié le 12 Août 2017

 

Que dites-vous maintenant ?

"Donald Trump n’exclut pas

l’« option militaire »

au Venezuela"
 

Venezuela : Ohé les  conseilleurs en DDDDémocratie !

A moins que la seconde vague de vos argumentations coté rive gauche sera "il l'ont bien cherché" ou "on les avaient prévenus " et " Enfin, c'est un remake de l'opération overlord" ou  un "A quand Cuba"  pour la rive droite ?

Qu'en disent nos Zimpartiaux donneurs de leçons de démocratie et d'avis sur la situation à Caracas ?

Déclaration de Trump :

« Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, y compris une possible option militaire si nécessaire. », c’est ce qu’a déclaré aux journalistes, depuis son golf du New Jersey, vendredi 11 août, le président américain.

« Nous avons des troupes dans le monde entier, qui sont parfois très loin. Le Venezuela n’est pas très éloigné et les gens souffrent et meurent », a fait valoir M. Trump, vendredi, entouré du secrétaire d’Etat Rex Tillerson et de l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Nikki Haley.

Appelé à donner des précisions sur cette annonce, le président est resté évasif :
« Nous n’en parlons pas, mais une option militaire est assurément une voie que nous pourrions suivre. »
 

Jeudi, M. Maduro a dit souhaiter « une conversation » avec son homologue américain. « S’il est autant intéressé par le Venezuela, je suis là, je suis le chef de ce qui l’intéresse », a-t-il lancé lors d’un discours devant la nouvelle et très critiquée Constituante. Rejetée par l’opposition et des pays occidentaux, cette assemblée l’a confirmé à l’unanimité dans ses fonctions de « président constitutionnel de la république bolivarienne du Venezuela ».

La maison Blanche a annoncé que M. Maduro a sollicité vendredi un nouvel entretien avec M. Trump.

Le Président du Venezuela souhaite que cette discussion ait lieu par téléphone ou qu’elle se fasse à New York à l’occasion de l’assemblée générale des Nations unies, prévue mi-septembre.

Trump a dit accepter de parler avec son homologue vénézuélien « dès que la démocratie sera rétablie », a annoncé la Maison Blanche.

Que dirait-on si le président du Venezuela se déclarait prêt à rencontrer le président des USA dès que celui ayant obtenu le plus de voix occuperait le bureau ovale ? Trump a dit accepter de parler avec son homologue vénézuélien « dès que la démocratie sera rétablie », a annoncé la Maison Blanche. Le croupier du casino du capital persiste à jouer le gendarme du monde. Un gendarme qui obéi aux ordres de Wallstreet. 

Tout en disant souhaiter avoir des relations « normales » avec les Etats-Unis, Maduro  a averti Trump que son pays répondrait « avec les armes à la main » à une éventuelle agression. « Le Venezuela ne se rendra jamais (…), devrait savoir l’empire américain », a-t-il résumé.

 


 

Alors ? on attend les déclarations.

Canaille le rouge n'ose écrire les réactions !

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article