Au détour d'un polard

Publié le 13 Août 2017

Ce (petit ) moment de réflexion politique

Au détour d'un polard

Tiré d'un polard assez jubilatoire de Laurent Binet " la septième fonction du langage ". Un bouquin tout terrain-toute saison-toute météo. A lire pour le polard lui même et sa galerie de portraits à se taper le cul par terre (Lang, Sollers, BHL ; de Mitterrand à Althusser, un Giscard au scalpel !!!).

Et au milieu du bouquin , ces réflexions d'un des personnages à l'occasion d'une joute oratoire:

" Si la classe dominante a perdu le consentement, c'est à dire si elle n'est plus dirigeante mais uniquement dominante et seulement détentrice d'une force de coercition,cela signifie précisément que les grandes masses se sont détachées des idéologies traditionnelles, qu'elles ne croient plus à ce qu'elle croyait auparavant ".

Vous avez toujours en mémoire les débats d'experts autour du taux d'abstention aux élections et le nombre d'inscrits rapportés aux électeurs possibles ?

Et quelques lignes plus loin, le même personnage dans sa joute intellectuelle poursuit revenant à un auteur théoricien marxiste dont Canaille le Rouge aime à rappeler l'urgence de le lire :

" Et c'est justement pendant cet interrègne qu'on favorise l'éclosion de ce que Gramsci appelle Les phénomènes morbides les plus variés "

Notre conférencier de préciser par la plume de L. Binet :

" ...Le fascisme n'est plus la conséquence catastrophique d'un Etat en crise et d'une classe dominante qui a perdu le contrôle des masses.

Il est, non plus la sanction, mais le recours sournois de l'auxiliaire de la classe dirigeante pour contenir la poussée des forces progressiste...un fascisme d'officine douteuse et clandestines à la solde de patrons racistes qui veulent que tout change pour que rien ne change "

Avouez qu'il y a là déjà de quoi plus que réfléchir aujourd'hui dans notre pays. Mais notre orateur poursuit, dans une actualité liée à l'après 68 en Italie (" ce n'est plus Mussolini mais la loge P2 "), une généralisation pleine d'une surprenante actualité :

" Le fascisme ne représente plus la menace qui plane au dessus d'une crise qui s'éternise mais la condition même de la crise . La crise dans laquelle s'enlise l'Italie depuis des années ne se résoudra que quand le fascisme aura été extirpé de l’État " .

l'orateur concluant en italien " La lotta continua ".

Ce n'est qu'un polard mais parlant de Balzac,  Engels disait en avoir plus appris sur l’économie et l’histoire chez Balzac, qu’en lisant les économistes. 

Comme quoi pour paraphraser Jaurès, un livre, c'est comme l'internationalisme ; les mauvais ou le manque éloigne de l'essentiel un bon et mieux en nombre en rapproche.

Canaille le Rouge retourne à sa lecture pour savoir qui a tué Roland Barthes.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article