De la morale en politique comme une variable aléatoire ...la république des dames Macronesses

Publié le 9 Juillet 2017

 

“les conflits d’intérêts

entre experts et laboratoires pharmaceutiques

sont un gage de compétence”. 

(Agnès Buzyn, ministre de la santé

et selon la loi pouvant prétendre un jour

y être pensionnaire)

De la morale en politique comme une variable aléatoire ...la république des dames Macronesses

Entre 2005 et 2011 cette autre dame Macronesse était rémunérée par les laboratoires Bristol Meyers-Squibb et Novartis. Ces deux laboratoires (ainsi que Pierre Fabre et Schering-Plough -filiale de Merck) ont aussi financé entre 2005 et 2011 l’association Robert Debré que dirigeait Agnès Buzyn. La Dame a du aussi reconnaître avoir été directement rémunérée pour diverses activités par le laboratoire Genzyme, désormais filiale de Sanofi, de 1998 à 2011  les précédent étaient moins connus.

Un peu comme si un des VRP de chez Dassault  était nommé ministre de la défense nationale des armées ou la DRH d'un grand groupe ministre du travail (on souffle à l'oreille de La Canaille que pour la DRH c'est le cas avec la danonette?  donc pas un incident mais un cap!)

Nous pourrions n'être que dans l'anecdotique si par ailleurs le 8 février dernier, le conseil d’État n'avait pas contre l'avis des labo enjoint le ministère de la Santé de rendre disponible les vaccins obligatoires seuls et non pas en combinaison diverses et variés telles que voulues par les les dits Labo.

Cela fut vécu comme une défaite importante pour l’industrie pharmaceutique.

Le 16 juin, Dame Buzyn annonce son intention de rendre obligatoire non plus 3 mais 11 vaccins pour “prévenir les maladies infantiles” et ce alors que de nombreux professionnels de la santé s'interrogent  leurs effets secondaires neurologiques et musculaires liés aux modes d'industrialisation présentant des effets secondaires parfois irréversibles.

Il ne s'agit pas ici de rejoindre les croisades obscurantistes anti vaccination, Canaille le Rouge est de ceux qui considèrent que les vaccinations de masse et systématiques font parties de ces progrès décisifs de l'histoire de l'humanité.

Mais laisser les majors biochimiques du CACà rentes injecter leurs critères dans la politique de santé en fonction des taux de rentabilité du marché de la vaccination est antinomique avec le service public de santé.

Les conflits d'intérêtS dans lesquels infusent la ministre la disqualifie définitivement pour sa charge.

Repost 0
Commenter cet article