Marchandisation de l'information

Publié le 1 Juin 2017

 

un bel exemple

pris dans la presse du jour

 

 

Résultat de recherche d'images pour "indépendance de la presse en france"

 

Puisqu'il se présente ainsi, Canaille le rouge ira le prendre dans le journal qui se veut de référence et que La canaille voit plus comme étant de déférence, voir de révérence. 

La une du jour et deux titres du  Monde :

Transport de carburants : la « levée du mouvement » possible après six jours de grève

 

« Monsanto papers » : la guerre de Monsanto pour défendre son produit phare, le glyphosate.

 


 

Le premier (qui fait l'impasse sur le contenu des avancées dans la négociation) est gratuit et intégral.

Le second (qui aborde les pratiques de Monsanto et en particulier l'annonce de l'étranglement par Monsanto des agences et filières indépendantes de recherche et de validation des produits) est payant (2€ - plus cher que l'édition papier) et partiel.

D'aucuns diront que le journal a besoin de recettes. Argument valide mais qui sur des questions aussi vitales et au nom du droit à l'information en particulier sur des questions aussi sensibles ne peut primer pour être objet de monnayage de la connaissance. 

Le Monde est-il le seul concerné ? Tous y glissent. Seul échappent à la critique les média en ligne - tel médiapart- conçus pour cela, ayant annoncé la couleur. Et c'est vrai qu'il y a problème

Alors que l'année prochaine verra commémorer le 75e anniversaire des ordonnances permettant la renaissance de la presse libre, la question  du 3 eme alinéa du point 4 de la seconde partie du programme du CNR reste pendante : 

Mesures à appliquer dès la libération du territoire

Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques, groupés au sein du CNR., proclament qu'ils sont décidés à rester unis après la libération :

....

4.Afin d'assurer :

  • La liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l'égard de l'État, des puissances d'argent et des influences étrangères ;

Au regard de cette phrase, comment se positionnent les rédactions, les sociétés de journalistes, le gouvernement, sur les questions d'actionnariat, de ligne éditoriale et l'indépendance devant les puissances d'argents et influences étrangères ? 

Vous ne trouvez pas que cette question (qui ferait un excellent sujet pour le bac) est d'une brûlante et redoutable actualité ? 

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article