Le gouvernement Mac-Phil2 complice de crime contre l'humanité ?

Publié le 26 Juin 2017

 

Du nouveau

du côté de la protection de l'environnement... 

Ou plutôt de l'ancien 
 

Le gouvernement Mac-Phil2 complice de crime contre l'humanité ?

Meme peint en vert, un cocu reste un cocu.

Dédié à tous ceux qui ont fait campagne pour Touthenmakron parce que le p'tit Nicolas qu'est chouette appelait à voter pour lui.

 

 

 

" D'après le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, la France doit revenir sur l'interdiction des pesticides tueurs d'abeilles

Publié à 08h55, le 26 juin 2017 , Modifié à 08h55, le 26 juin 2017

A 11h55 Matignon dit le contraire du sinistre de l'agriculture qui croire ? 

En attendant voila ce que dit ce Travert de porc.

"Du nouveau du côté de la protection de l'environnement. Ou plutôt de l'ancien puisque le pouvoir réfléchit à un grand retour en arrière. D'après RMC, le gouvernement envisage en effet d'autoriser à nouveau les pesticides tueurs d'abeilles. C'est ce qui apparaît dans un document de travail interministériel daté du mercredi 21 juin et dévoilé par la radio. Selon ce document, l'interdiction des néonicotinoïdes en France "va plus loin que ce qui est prévu par la réglementation européenne". Conséquence : le gouvernement pourrait décider d'"abroger toutes ces dispositions nationales qui excèdent les normes européennes".

Invité de BFMTV ce lundi 26 juin, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert explique que la loi française concernant les néonicotinoïdes "n'est pas conforme avec le droit européen". L'objectif est de donner la possibilité aux agriculteurs d'utiliser des néonicotinoïdes "car il n'y a pas de substitution". Il dit :

Il y a d'autres produits, où nous avons des impasses techniques, qui ne connaissent pas de substitution. Nous devons pouvoir autoriser des dérogations pour permettre leur autorisation afin que nos producteurs puissent continuer à travailler dans de bonnes conditions.

Il s'agit donc bien d'un retour sur l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes. "On peut le prendre comme ça", admet Stéphane Travert. "

Comment se nomme déjà le ministre d'état chargé des questions de l'environnement ?

Nicolas Hulot ? Celui qui assure pourtant l'inverse.

Auprès de RMC, l'actuel ministre de la Transition énergétique et solidaire jure que le document de travail n'est plus d'actualité et que les pesticides tueurs d'abeilles resteront interdits.

En 2016, Hulot s'insurgeait contre ces pesticides néonicotinoïdes, nocifs pour les abeilles. Il avait même participé à lancé une pétition pour leur interaction.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article