Elections ; pendant que Touthenmakron 1er fait la paon sur les écrans

Publié le 11 Juin 2017

 

La campagne officielle étant close,

ça bogue du côté des prefectures

...et donc dans le ministère de Flageolet

 

Résultat de recherche d'images pour "fraudeur électoral"

 

Le déroulement des élections dans de bonnes conditions est un élémentaire droit constitutionnel et un devoir pour l'état. 

Il parait que la France, fière de son expertise en la matière, envoie des observateurs dans certains pays pour surveiller le bon déroulement de leurs opérations électorales.

 

Le site du quay d'Orsay se félicite de cette expertise.

Sur le site du ministère des affaires étrangères vous pouvez lire ceci : 

La France attache une grande importance à l’observation électorale internationale, instrument indispensable de promotion des droits de l’homme et de soutien à la démocratie.

De nombreuses organisations internationales et organisations non gouvernementales pratiquent l’observation électorale et se fondent à cette fin sur un certain nombre de normes et de conventions, parmi lesquelles la Déclaration de principes pour l’observation internationale d’élections et le Code de conduite à l’usage des observateurs électoraux internationaux.

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, l’Union Européenne, et l’Organisation des États américains sont des acteurs majeurs dans ce domaine. Au Ministère des Affaires étrangères, la Délégation aux Fonctionnaires Internationaux est chargée de la pré-sélection des candidats français pour les missions d’observation électorale de l’OSCEet de l’UE.

A-t-on demandé à l'Afrique du Sud, au Venezuela,à la Bolivie et à d'autres de venir vérifier si les Préfets de régions et de départements du pays phare des libertés et de la démocratie faisaient convenablement leur Boulot ?

C'est qu'il apparaît qu'il y aurait quelques problèmes, et pas des moindre.

Déjà que l'occupation des écrans et journaux toute la journée de samedi, la campagne officielle  étant close, par le chef du parti ayant gagné la présidentielle faisait osciller entre colère et révulsif, ce nouveau point de prise de liberté avec les traditions et obligations républicaines en dit long sur le projet porté par la macronie , version pour apparence travestie de façon présentable de ce qui a été rejeté (version hard du même projet) au second tour de la présidentielle.

Le recours à des critères marchands de sous-traitance -- conduisant à une privatisation de fait de ce qui est du domaine régalien de l'état -- conduit à ces dysfonctionnements graves qui entachent la sincérité et régularité du scrutin.

Le recours dans des conditions discutables à des entreprise recrutés sur des critères opaques, se faisant grassement payer d'argent publique pour désorganiser le scrutin, faire dans de nombreux endroit du "tri sélectif" parmi les candidats en "ajustant" de façon politique le matériel de vote est à considérer comme une action à portée frauduleuse que les juges devront qualifie de volontaire ou pas.

Au moins 10% du territoire métropolitain est touché mais au moment où ces lignes sont écrites (jour du vote bureaux ouvert depuis 1h00), depuis son observatoire place Beauvau, pour Flageolet, tout va bien.

Manipulés ou pas téléguidés ou non, des recours juridiques vont conduire à confirmer le doute sur la volonté du gouvernement d'assumer cette responsabilité fondamentale d'un état de droit.

En attendant, qu'en France une pétition comme celle dont le texte suit puisse trouver de l'écho montre la réalité du problème.

Messieurs,

L’organisation des élections législatives dans des circonscriptions de l’Ain, de la Drôme, du Gard, de l’Hérault, de l’Isère, de la Loire, du Rhône, de la Saône et Loire, de la Haute Savoie et le Var rencontre des problèmes relatifs à l’acheminement du matériel électoral (circulaires et bulletins de vote) auprès des électeurs d’une ampleur massive et inédite mettant en cause la sincérité du scrutin.

Un nombre considérable d’électeurs et d’électrices a pu constater que les enveloppes électorales reçues étaient incomplètes alors même que le matériel électoral des candidat.e.s avait été déposé dans les délais et quantités requis, puis dument validé par les différentes commissions de propagande de ces départements.

Il semblerait que l’établissement de l’entreprise KOBA sis 61 rue Emile Zola 69151 Decines Charpieu, en charge de ces acheminements pour le compte de l’État, ait gravement failli à son obligation de résultat pour l’acheminement du matériel complet et dans les délais chez l’ensemble des électeurs et électrices inscrit.e.s dans les circonscriptions sus-citées.

L’article R34 du code électoral dispose que la commission de propagande reçoit du préfet le matériel nécessaire à l’expédition des circulaires et bulletins de vote et fait préparer les libellés d’envoi. Elle est chargée d’adresser, au plus tard le mercredi précédant le premier tour de scrutin une circulaire et un bulletin de vote de chaque candidat, binôme de candidats ou liste.

Plusieurs constats d’huissier ont été dressés pour appuyer ces alertes citoyennes. Ils serviront de base à des recours en annulation des scrutins déposés par les candidat.e.s qui aboutiront très certainement.

Dans ces conditions, nous vous demandons le report des scrutins dans les circonscriptions touchées par ce problème. Des milliers de témoignages affluent de toutes parts, d’enveloppes quasi vides, avec le matériel de quelques candidats (5 sur 12 par exemple et rien pour les autres) ou de documents en plusieurs exemplaires quand d’autres sont absents.

La presse locale et nationale s’en fait largement l’écho et les protestations se multiplient, tous partis confondus, y compris celui du Président de la République.

Les conditions de sérénité du scrutin n’étant pas réunies, il serait donc sage et avisé de reporter ces scrutins dans ces circonscriptions-là pour pouvoir réexpédier le matériel de manière conforme et éviter de devoir organiser les scrutins deux fois, leur annulation étant plus que probable compte tenu du caractère massif des irrégularités constatées.

Les jugements en matière de contentieux électoral ont reconnu de façon répétée que le principe d'égalité jouait un rôle majeur dans la conception démocratique de l'État de droit.

Il s’agit notamment d’assurer l’égalité des conditions de la compétition, ce qui signifie que toutes les candidatures doivent être soumises au même traitement. L’égalité de traitement des candidatures est en l’espèce manifestement inexistante.

Rédigé par Canaille Le Rouge

Publié dans #politique, #polémique, #En passant - juste un mot, #Mensonge d'état, #démocratie, #justice

Repost 0
Commenter cet article