Paysage post épisode politique

Publié le 8 Mai 2017

premiers éléments d'analyse

8 mai 2017 ; de quoi Macron est-il vêtu ?

8 mai 2017 ; de quoi Macron est-il vêtu ?

Premiers constats :

Plus de 25% d'abstentions pas revu depuis 1969 Pompidou-Poher

  • Un président élus avec moins de la moitié des électeurs, le plus mal élu depuis Pompidou.
  • plus de quatre millions de votes blancs ou nuls (jamais vu de mémoire et d'archives électorales).
  • une participation plus faible au second tour qu'au premier (jamais vu pour une présidentielle)

2 ou 3 observations :

  • le f'haine fait 11 millions de voix. Ce ne sont pas des % mais le score réel et chacune de ces voix à une cause qui par définition n'est pas de la responsabilité des abstentionnistes mais à chercher ailleurs : là où justement les commentateurs ne veulent pas qu'on aille y voir.
  • L'ancrage du F'haine se fait sur les terres historiques d'implantation de la social-démocratie industrielle du nord et du grand est et de la casse de l'appareil productif : on vote f'haine là où il n'y a plus d'ouvrier, où l'emploi a été démantelé et ce qu'il en reste précarisé. Un enracinement qui se fait sur les ruines et friches économiques balisées par les abandons du PS et des reconfigurations du capital dans le cadre de ce que le PCF appelait alors à juste raison l'Europe des trusts et des banquiers dans les années 60-70.
  • Casse économique (navale etc) plus le clientélisme et l'affairisme liés à l'implantation des nostalgiques du colonialisme fait de même sur le littoral méditerranéen.

ils se dessine une tendance à bien mesurer et éventuellement à confirmer : dans le plus grand nombre de villes où l'abstention et les votes blancs sont forts la Führerin fait moins que sa moyenne nationale : contrairement aux admonestations, mises en demeure et culpabilisations permettant souvent de masquer les responsabilités de fond, les abstentionnistes et vote B&N n'ont pas renforcé le f'haine, ils accompagnent et amplifient le rejet.

Ce dernier point avec le score des abstentions renforcées des B&N, plus l'analyse des motivations de son électorat au second tour conduit à dire que Macron ne dispose pas d'une base électorale et que l'espace est ouvert au mouvement populaire.

 

Dernière observation à ce moment : 

il semble bien que devant cette dernière donnée, ceux qui se parfument de vouloir guider le mouvement populaire préfère invectives et admonestations voir tacles "virils" pour ne pas dire plus coups de menton.

Macron et ses tuteurs que sont les marchés financiers, les délocaliseurs et les sabreurs sociaux ne leur en demandaient pas tant, mais ils ont quand même l'air décidé à le leur offrir.

Le mouvement populaire pour construire son alternative devra en tenir compte.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article