l'art de retourner les situations

Publié le 25 Mai 2017

 

SOS victime

l'art de retourner les situations

De Ferrand , l'à démissioner d'office, dans le télégramme de Brest: 

"Je suis devenu une cible"  

comme qui dirait de la dilatation d'ego pour masquer ses turpitudes

voir : 

 

L'ex rose parlementaire devenu ministre bleu maintenant donc évêque violet de la cohésion territoriale doit se dépêtrer d'un imbroglio aussi amoral que légal :

Rappel des faits selon le palmimède : les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était le directeur général, (notons parce qu'il est dans la généralité du cheptel que l'édile socialiste n'était pas standardiste mais D.G.) souhaitaient louer des locaux commerciaux à Brest pour ouvrir un centre de soins et choisissent, entre trois propositions, celle d'une société immobilière appartenant à la compagne de Ferrand. Cette dernière (qui n'est pas secrétaire administrative mais patronne de société immobilière pas de conflit de classe dans le couple), monte alors très rapidement une société civile immobilière (SCI) et la promesse de location lui permet d'obtenir un prêt bancaire équivalent à la totalité du prix de ces locaux «en mauvais état».

Outre une rénovation complète des locaux aux frais de la mutuelle pour 184.000 euros, toujours selon Le Canard enchaîné, la valeur des parts de la SCI «a été multipliée par 3000» six ans plus tard.

La SCI est montée pour l'occasion, et miracle qui devrait donner des idées à tout jeunes désirant s'offrir un gite, immédiatement elle obtient le prêt nécessaire.

Mais Ferrand se pose en victime.

Dans la presse manque le fait que ce sont aussi les cotisations des mutualistes qui ont gonflé le bas de laine de madame Ferrand. Comme çà, en passant.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article