l'Après El Khomry

Publié le 16 Mai 2017

 

Toujours pour éclairer le débat 

Au delà des effets de manches 

et coup de menton, 

 

l'Après El Khomry

Plutôt que de polémiquer sur des interprétations autant s'en tenir aux déclarations.

Le SG de la CFDT a trouvé un support complaisant pour donner son point de vue sur le débat social.

Il fallait que ce support soit incontestable dans sa part prise pour la valorisation des luttes sociales et syndicales.

Laurent Berger a donc choisi les Echos que relaie avec enthousiasme...le Figaro .

"Le secrétaire général de la CFDT prévient Emmanuel Macron qu'il est contre «une réforme hâtive» qui serait «contre-productive». Il ajoute en revanche que les ordonnances ne sont pas un problème pour la CFDT.

Il avait appelé à voter pour Emmanuel Macron au soir du premier tour...

... Laurent Berger, s'oppose à toute réforme «hâtive» du marché du travail. ... «Face à une société angoissée, le nouveau chef de l'État doit être vigilant sur la méthode, prévient Laurent Berger. Il n'a aucun intérêt à y aller «à la hache» en déroulant un programme technocratique sans concertation».

il précise que la forme législative de la réforme lui importe peu. «Ordonnance ou pas, ça, c'est une question qui concerne l'exécutif et le Parlement, détaille-t-il. 

Par ailleurs, Laurent Berger qui redit "son hostilité au plafonnement des indemnités prud'homales", qui figure dans le programme d'Emmanuel Macron. dit ne pas être hostile à une gestion «tripartite» de l'Assurance chômage avec les syndicats, le patronat et l'État. Ce dernier se tient aujourd'hui à l'écart des négociations sur le sujet tout en agréant les conventions signées par les partenaires sociaux. «Aujourd'hui, nous sommes dans une forme de tripartisme non avouée», reconnaît Laurent Berger.

Est-ce un appel du pied? Laurent Berger appelle aussi à développer la cogestion au sein des entreprises française, sur le modèle allemand." 

L'agent orange du syndicalisme avait prévenu, la semaine dernière, le nouveau président: "la CFDT ne sera «ni un allié docile ni un opposant de principe»."

Le Figaro, trampoline de la pensée sociale consensuelle, annonçait dimanche soir sans être démenti que des contacts existaient entre l'Elysée et Nicole Notat pour l'organisation du futur pouvoir.

Nous verrons la composition du staff de Philippe mais ce ne sont pas les appels ...à cogérer avec la droite qui vont inquiéter Toutenmakron.

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article