Un acte de guerre aux conséquences non mesurables

Publié le 7 Avril 2017

Trump envoie

 ses missiles Tomhawaks

sur la Syrie

Résultat de recherche d'images pour "tomahawks syrie"

Alors que le conseil de sécurité de l'ONU était réuni, alors que le gouvernement syrien récuse tout bombardement chimique par son aviation et qu'une enquête internationale était en cour, le docteur Follamour de l'ultra réaction étatsunienne vient de commettre un acte de guerre majeur au mépris du droit international mettant les nations Unies devant le fait accompli et créant les conditions d'un engrenage dont on ne sait à ce moment vers quoi il peut conduire. 

Le peuple américain qui a majoritairement voté contre Trump commençait à mesurer douloureusement ce que porte l'arrivée du VRP de Morgan, Chase, Rockfeller mais aussi l'industrie de guerre américaine. Il partage maintenant avec le reste des peuples de la planète de voir cet homme à la froide folie encadrée par ses pairs actionnaires et pilote de l'impérialisme décider de l'avenir de l'Humanité.

L'horreur des morts par armes chimiques et son utilisation idéologique par Trump lui permet de masquer le bombardement le 26 mars du barrage hydroélectrique dont la fragilisation menace la vie de millions d'habitants sur la vallée de l'Euphrate.

 

La question peut être et doit être posée: cette escalade inadmissible pour l'instant commenté par aucune chancellerie n'est -elle pas une fuite en avant de l'impérialisme pour masquer la réalité de son intervention en se servant des actes inqualifiables qui ne date pas de 2017 mais des années où les états de l'OTAN regardait le régime syrien d'un oeil attendri devant sa capacité à réprimer communistes syndicaliste et démocrates ? Ils sont aujourd'hui un peu comme si Krupp et Siemens...ou Renault venaient se plaindre des "débordements" de leur ami Adolf.

Résultat de recherche d'images pour "le capital porte la guerre"

Maintenant c'est aux peuples de reprendre la main. Souhaitons que le mouvement pacifiste mondial et bien sûr ici en France prenne au plus vite des initiatives majeures pour tordre le bras des fous de la Maison Blanche et du Pentagone et ramener tous les militaires dans leurs casernes.

Le peuple syrien doit être aidé. Les missiles ne sont pas la solution. Que déjà les grandes compagnies pétrolières et gazières (qui siège dans le conseil rapproché de Trump) soit contrainte de cesser les pillages et l'aliénation des sols et sous sols de la région et déjà cela éliminera 80% des tensions. Ensuite au peuple syrien, sous controle de l'ONU et sans interventions des puissances intégristes régionales, puisse prendre ses destinées librement en main. Mais cela ni l'Otan, ni l'UE, ni Trump, ni Ryiad ou autres Emirats, ni Erdogan leur bras armé ne veulent en entendre parler.

A nous de nous faire entendre par tous les moyens dont chacun dispose.

Canaille le Rouge - 07 avril 2017 8h00

Repost 1
Commenter cet article