Même martelé en permanence un mensonge ne sera jamais une vérité historique

Publié le 29 Avril 2017

 

Hitler n'a JAMAIS été élu

par un vote démocratique.

 

 

Même martelé en permanence un mensonge ne sera jamais une vérité historique

 

Il faut y revenir tant cela parasite voire pollue le débat politique déjà suffisamment difficile sans qu'il soit nécessaire d'en rajouter.

Justifier l'indispensable combat contre le f-haine par l'argument d'une arrivée d'Hitler au pouvoir par les élections est une contre-vérité historique chargée de sous-entendus permettant de disculper les responsables réels de cette accession et de faire comme l'a fait de façon aussi mensongère que politicarde Bertrand Delanoé, le moyen de faire endosser aux communistes allemands la part qui revient pour une part immense au SPD.

Hitler n'a JAMAIS été élu par un vote démocratique, c'est le capital allemand qui l'a porté au pouvoir.

Il a été appelé à la chancellerie par le vieil Hindenburg lequel a été élu président de la République de Weimar en 1932 par une coalition portée entre autres par le SPD (équivalent SFIO-PS de l'époque en Allemagne et toujours le SPD d'aujourd'hui).

C'est Hindenburg qui va nommer Hitler après des magouilles de couloir avec Schleicher et Von Papen. Cela après des négociations qualifiées d'intenses entre la direction du NSDAP et Hindenburg via les barons du capital allemand.

La nomination de Hitler fait suite à des tractations menées par Hjalmar Schacht*ancien responsable de l'économie de guerre sous l'Empire. Il est nommé président de la Reichsbank par le socialiste Ebert, celui de la répression de la Révolution allemande de 1919 et de l'alliance avec les corps francs,.

Avec quelques autres caciques du capitalisme allemand, il demande par lettre à Hindenburg de nommer Hitler à la chancellerie comme « chef du groupe national le plus nombreux ». C'est donc bien le capital allemand qui à appelé Hitler au pouvoir et non des élections. CQFD.

Pour le Capital c'est le moyen de détourner le peuple des communistes et de les rallier à la République de Weimar !... Pour la coalition ayant porté Hindenburg à la Présidence de la République, les communistes qui se relèvent après la sanglante répression et les massacres de 1919 représentent l'horreur absolue.

Les dirigeants allemands, qui ont perdu la confiance des citoyens à cause de leur politique de « déflation » laquelle a conduit les allemands dans la misère, espèrent qu' Hitler saura s'opposer à la menace d'une " prise de pouvoir bolchevique ", rétablir l'autorité de l'État.

Le 4 janvier 1933, Schacht organise une rencontre entre le chancelier Franz von Papen et Adolf Hitler dans une villa mise à disposition par le banquier Kurt von Schröder.

À la suite de celle-ci, von Papen soutient la nomination de Hitler comme chancelier sous réserve que lui-même soit vice-chancelier. Deux autres nazis entrent au gouvernement. Ce seront Wilhelm Frick, ministre de l'Intérieur du Reich, et Hermann Göring, ministre sans portefeuille, par ailleurs ministre de l'Intérieur du Land de Prusse.

Von Papen et les conservateurs espèrent ainsi se servir d'Hitler et du NSDAP pour enrayer " la menace communiste ". UN NSDAP qui lors des élections législatives du 6 novembre 1932 a perdu deux millions de voix sur un total de 17 millions en quatre mois et lui ont valu 33,1% des suffrages au lieu de 37,3% en juillet.

De la façon la plus légale mais non élu par une majorité, et faute de majorité absolue au Parlement, Hitler forme un gouvernement largement ouvert aux représentants de la droite classique.

 

Dès le lendemain de son investiture à la Chancellerie, Hitler dissout le Reichstag et prépare de nouvelles élections pour le 5 mars 1933.

Dans le même temps, Josef Goebbels responsable de la propagande du NSDAP , trace « les grandes lignes de la lutte armée contre la terreur rouge ».

Durant la campagne électorale, les S.A. héritière des Corps Francs de la répression de 1919 au coté du SPD, avec l'aide de Goering au gouvernement et ministre de l'Intérieur de la Prusse terrorisent l'opposition (au moins 51 assassinats).

Depuis son ministère, Goering réorganise la police, fait révoquer les fonctionnaires hostiles, place des nazis aux postes essentiels...

Ces nouvelles élections le voient de nouveau reculer alors que le Parti communiste progresse en voix lui interdisant toute majorité. Hitler fait planer le spectre de la « révolution bolchevique » mais celle-ci tardant à éclater, il décide de l'inventer.

Le 4 février 1933 il interdit les journaux du DKP et du SPD. Le 24 février, une descente de police au siège du Parti communiste allemand permet à Goering d'annoncer la saisie de documents annonçant ladite révolution... Mais ces documents ne seront jamais publiés et pour cause.

Mesurant que toute cette agitation ne suffira pas pour obtenir la majorité de suffrages et des sièges pour les nazis, Hitler monte une provocation en faisant incendier le Reichstag par ses SA le 27 février en accusant du crime les communistes. Le lendemain, il publie un décret restreignant les libertés individuelles pour organiser les élections le 5 mars.

L'opposition muselée, il obtient 44% des sièges ( mais -4.6% des voix). Resté minoritaire, il fait immédiatement arrêter les 81 députés communistes (+2.6% des voix).

Ce putsch lui donne alors 51% des sièges.

Hitler renomme Schacht président de la Reichsbank le 17 mars 1933

Le 20 mars Himmler annonce l'ouverture du camp de Dachau où les communistes, rejoints rapidement par les socialistes seront les premiers internés.

Voilà les faits.

Ce sont ceux qui lui ont fait la courte échelle et l'ont légitimé et qui en France ou ailleurs ont usé des mêmes pratiques (permettant ici d'arriver à Pétain et Vichy), qui font circuler cette fable de l'accession par les élections.

Tous les ouvrages sérieux le confirment, et même Wikipédia pourtant reine de l'à peu près historique ne fait pas d'impasse sur ce point décisif de l'histoire contemporaine.

Non, il faut sans cesse y revenir, Hitler n'a pas été porté au pouvoir par une élection démocratique ou pas. C'est une coalition anticommuniste menée par le capital industriel et financier allemand, avec l'accord de la coalition ayant installé Hindenburg qui en est responsable. Que le SPD allemand ait été un des pivot de cette coalition explique le mensonge de B Delanoé.

 

*Schacht,  après une rencontre lors d'un diné avec Hitler est attiré par le programme de ce dernier, sentant qu'il peut jouer un rôle et assurer ainsi sa propre carrière, il se rapproche du NSDAP entre 1930 et 1932, sans pour autant adhérer au parti nazi. Quelques mois avant l'accession d'Adolf Hitler au pouvoir, il aide le nazi Wilhelm Keppler à tenter de recueillir la signature de 20 industriels et banquiers pour une pétition réclamant à Hindenburg la nomination de Hitler comme chancelier (parmi ceux-ci, Fritz Thyssen et le banquier Kurt Freiherr von Schröder signent la pétition)

Repost 2
Commenter cet article