Ankara, Washington, Bruxelles, Berlin, Paris.

Publié le 18 Avril 2017

Démocratie

Libertés,

guerre

et Paix

 

 

Ankara, Washington, Bruxelles, Berlin, Paris.

Malgré tous les moyens mis en œuvre par un totalitarisme ultra-réactionnaire du prétendant au sultanat d'Ankara l'opposition a plus que résisté. Seul la fraude, le changement des règles et l'emprisonnement massif des démocrate a permis au plébiscite de passer.

Trump vient de le féliciter Erdogan et fait ainsi d'une pierre trois coups : il valide un résultats dont tous les observateurs disent qu'il est truqué, il adoube une dictature imposée par un plébiscite quand les démocrates sont derrière les barreaux, la torture et mauvais traitement étant en Turquie de tradition, démocrates qui vont risquer la potence ou le peloton d'exécution. Il renforce le porte avion belliciste de l'OTAN au moyen-orient continuant la stratégie impérialiste US digne des plus grands moments des années de Reagan.

Pendant ce temps, l'UE s'inquiète mais ne dénonce pas, l'Elysée caquette mais ne ne se prononce pas .

Merkel cheffe de file des Eurocrates " appelle à un dialogue respectueux " (sic) ; ça va rassurer les tabassés dans les camions, les entassés dans les prisons, les violées dans les commissariats.

Ce n'est pas un hasard si le même jour le gouvernement de Tel Aviv renforce encore plus la répression contre les détenus palestiniens et si des armes US partent par une noria de navires gros porteurs depuis Livourne vers la Jordanie pour alimenter on ne sait que trop bien quelles milices soutenues par l'OTAN sans que l'UE ne s'inquiète et pendant que Blummollet caquette.

Alors que dans le propre camp " occidental " des voix autorisée dont l'ancien ambassadeur de Grande Bretagne à Damas s'engagent publiquement pour dire que si ce sont bien des armes chimiques qui sont responsables ce n'est pas des armes chimiques larguées par l'armée d'Assad qui a massacré en Syrie, que ces diplomates exigent une commission d'enquête internationale réellement impartiale, alors que les armes de l'UE (dont majoritairement celles venues de France) massacrent par centaines des gosses au Yémen dans ici, le plus grand silence médiatique, Erdogan et Trump à l'issue du plébiscite en turquie ont « évoqué l’action des Etats-Unis en réponse à l’usage par le régime syrien d’armes chimiques ».

Dans la même semaine Trump aura largué un engin qui fait partie des armes de destruction massive dénoncé par l'ONU quasiment sous les applaudissements des média et hancelleries pris d'orgasmes homicides.

La bataille pour la paix est toujours liée à la bataille pour la liberté et la démocratie.

Pas possible de mener l'une sans pousser les autres.

Tout recul de l'une ouvre l'espace pour la régression des autres

Ce week-end de pâques vient de dramatiquement les démontrer.

A la veille du premier tour de la présidentielle, ce débat ne semble pas être une préoccupation première des candidats.

Repost 0
Commenter cet article