A une semaine des élections, dans un décor de crises, de guerres et de tensions

Publié le 17 Avril 2017

désarrois et interrogations

sont toujours le fond

des débats et questionnements

Résultat de recherche d'images pour "radeaux dans les rapides"

Ne cachons rien. Celui qui signe Canaille le Rouge, vous l'avez remarqué ne s'engage publiquement derrière aucun candidat.

Il s'en est plusieurs fois expliqué.

Par contre il ne ménage pas les coups à porter sur ceux qui sont l'image affiché de la réaction, du fascisme, de ceux qui capitulent face à ces forces.

Pour autant les désaccords étant sur certains points si irréductibles, La Canaille refuse de se mettre en position de se voir reprocher d'entraîner ses lecteurs à l'aventure.

D'autant que la citoyenneté étant engagement, Canaille Rouge continuera à s'engager pour dénoncer ce qu'il pense décisif de dénoncer et à chacun ensuite de prendre ses responsabilité. 

Parmi les interrogation et désarrois de lecteurs ou correspondants arrivent des textes, pétitions, placards et autres manifestes qui traduisent d'une part l'état de délabrement institutionel mais surtout des ressorts de citoyenneté pour trouver des solutions et la volonté de les rendre publiques

Canaille le Rouge en a reçu certaines venant de gens avec qui il a cheminé voir chemine encore, d'autres plus anonymes venant de son environnement propre .

Certaines de militants ayant eu des responsabilités importantes. D'autre s'interrogeant au quotidien de leur vie sociale ou au travail 

S'il fallait une unité de mesure à la colère et au désarrois , la longueur de ces textes devraient certainement faire l'affaire.

Pour des raisons diverses tous se justifient d'appeler à voter pour Mélenchon...malgré une liste de préventions... qui marque ce choix non pas de l'éligible mais du porteur d'un "moins pire". 

Pourquoi un soutien d'habitude si simple à engager derrière un candidat ou une organisation devient-il tout à coup si complexe à justifier ? Que le candidat ? Que son programme ? Pour Canaille le rouge il s'agit aussi de l'expression de la crise de représentations politique, dimension idéologique de la faillite de ceux qui depuis 1920 portaient et ont décidé de ne plus porter les valeurs progressistes protestataires et de laisser ce terrain aux ennemis de la liberté et de la démocratie. Certains à leur façon tentent de l'occuper.

Les deux textes qui suivent bordent à leur façon le débat.

 

Auteur publiquement connu : 

De Jean-Pierre Page

ancien membre du CN du PCF et dirigeant de la CGT 

 

Les prochaines élections présidentielles se déroulent dans un contexte inédit!

 

Depuis des dizaines d’années l’enjeu se résume à la répétition lancinante d’échéances électorales ou il faut choisir  entre le candidat du Parti Socialiste, le candidat de droite ou d’extrême droite.  La finalité demeure toujours la même, à savoir: qui va le mieux mettre en oeuvre le programme du Capital? Cette impasse a engendré chez les travailleurs une perte de confiance, une lassitude, un découragement. La main du capital s’est faite plus lourde au point qu’on peut parler de régression sociale sans précèdent, de recul de civilisation.

 

Ce partage des rôles entre « les élites au pouvoir de droite comme de gauche » a fonctionné jusqu’à présent dans une “consanguinité de classe”.

 

Elle est aujourd’hui en question. Ce qui était vécu comme un horizon, un mur indépassable, mondialisation oblige, a commencé à se lézarder! La conscience se fraye son chemin, une conviction largement partagée est que “ça ne marche plus”,  le système est à bout de souffle, il est en crise profonde.

 

Une chose est certaine, la fuite en avant de celui-ci à laquelle on assiste va entrainer toujours plus d’injustices sociales, plus de richesses accumulées dans les mains de quelques uns, plus de violences et de guerres.  On peut tordre les faits comme l’on veut, les interpréter, une réalité concrète et incontestable s’impose à tous, il suffit de voir les conséquences de la faillite de l’Union Européenne, ou l’extrême tension internationale pour s’en convaincre.

 

Nous vivons la fin d’une époque, il est urgent d’en tenir compte. Comme disait Antonio Gramsci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaitre et dans ce clair obscure surgissent des monstres ».

 

 J’ai la faiblesse de penser que comme on l’a vu ailleurs les peuples consciemment ou confusément ou parfois les deux on envie de dire : « Assez » !

Ne faut il pas déjà réapprendre à dire Non, avant de dire Oui à autre chose.

 

Pour ma part ce qui change radicalement à travers ces élections présidentielles et de manière imprévue  c’est que le peuple prend conscience que les choses sont liées et que leur condition de vie et de travail en dépend.   On parle de nouveau de classes sociales, de mode de production, de propriété, de justice sociale, de partage des richesses, d’environnement comme notre richesse commune, de paix, de sortie de l’OTAN, d’une critique radicale de la finalité même de l’Union Européenne, d’égalité, de fraternité, de liberté. Dans ces circonstances peut grandir l’idée de rupture avec l’ordre des choses existantes, avec la crise capitaliste, avec la cause des inégalités  en France, en Europe et dans le Monde! C’est un changement  qualitatif qu’on ne saurait sous estimer!

 

Certes ce n’est pas une révolution, mais c’est déjà plus qu’une rébellion contre les idées reçues ! Cette évolution même si elle est modeste est réelle, palpable, visible !On ne supporte plus les diktats d’en haut, les décisions prises a votre place, l’idée même de souveraineté populaire, d’indépendance, de libre choix , bafoués ou considérés comme obsolètes. On veut dire son mot, ce choix peut devenir une force matérielle si l’on s’en empare, c’est de cela qu’il s’agit aussi avec cette élection présidentielle.

 

Le printemps de la colère en 2016 n’avait il pas déjà donner un avant gout des choses, révélé un mouvement beaucoup plus profond qu’il n’y paraissait. La combativité,  l’enthousiasme que l’on retrouve dans les meetings de Jean-Luc Mélenchon ne sont ils pas le prolongement de ce que nous avons connu voici un an. L’espoir serait il de retour ?

 

Si comme je le pense c’est le cas, alors il faut le soutenir,  faire en sorte qu’un plus grand nombre se réapproprie la politique. Il faut les encourager à  aller au fond des choses. Cela doit se faire en toute lucidité, les yeux grands ouverts.

 

Il faut bien admettre que ces exigences rencontrent les positions, les arguments, les discours tenues et défendues par Jean-Luc Mélenchon.

 

Alors devrait on faire « la fine bouche » comme le suggèrent certains ? Ne devons nous pas  plutôt faire le choix d’encourager le mouvement populaire, nourrir sa combativité et sa réflexion, cultiver chez lui l’idée qu’il est la force qui peut tout quand il est rassemblé, qu’il veut se faire entendre et prendre ses affaires en mains. Il faut pour cela se saisir de cette opportunité, « l’histoire ne repasse pas les plats deux fois » !

 

 On me répondra sans doute : « d’accord, mais peut mieux faire, ou encore ça ne fait pas le compte ». Voyons les choses en face telles qu’elles sont non pas comme on se les imagine.

 

Depuis des dizaines d’années, la « gauche » dont la direction du PCF a fait l’impasse sur la critique des causes de la crise du système capitaliste, sur la signification des luttes de classes, en d’autre termes sur le contenu à donner a une stratégie anti capitaliste et anti impérialiste. Comment s’étonner qu’il y ait un prix a payé aux abdications et aux renoncements, au recul de l’esprit critique, à la perte des repères de classes.  La nature à horreur du vide. Il est d’ailleurs étonnant d’observer que les mêmes qui trouvent que Jean-Luc Mélenchon ne va pas assez loin exigent qu’il s’efface derrière le candidat du Parti Socialiste.

 

Au fond il est réconfortant de voir que les choses bougent, les jeunes s’impliquer en plus grand nombre, les gens reprendre espoir. C’est sans doute pour cela qu’aux yeux de nombreux commentateurs ce « désordre »est inquiétant. Ils considèrent qu’on ne saurait déranger le bon ordonnancement des choses.

 

Il est vrai qu’on n’avait pas vu un tel climat depuis longtemps !  C’est sans doute pourquoi réapparait “le spectre”, son couteau entre les dents.   Ainsi  on nous annonce pêle-mêle un tsunami économique, financier et social, la révolution voir même la guerre civile et jusqu’à l’adhésion de la France à l’ALBA cette créature subversive d’Hugo Chavez et Fidel Castro en Amérique Latine. Certains annoncent leur intention de quitter la France si Jean-Luc Mélenchon est élu. La peur, « la trouille » est chez certains chevillée au corps. Ca ne s’arrêtera pas là !

 

Tout cela confirme bien que la lutte des classes n’est pas une vue de l’esprit, que la contradiction capital/travail doit d’une manière ou d’une autre être résolu. C’est pourquoi on ne se plaindra pas qu’en parle un candidat : Jean-Luc Mélenchon. Il ne fait pas qu’en parler, il propose ce qui avouons le est un peut plus qu’un début. On ne s’en contentera pas, certes et alors ! Pourquoi cela devrait il être un problème et conduire à un soutien a dose homéopathique ?

 

 Une chose est sure ne pas s’engager dans la clarté serait jugé sévèrement

par le peuple, les travailleurs tout particulièrement, qui eux attendent autre chose que des « jérémiades ».  Comme dans les grands mouvements sociaux il faut faire confiance à la clairvoyance de ceux qui agissent. Il est donc important que la candidature de  Jean-Luc Mélenchon puisse incarner même avec toutes ses limites,  une alternative. Car c’est de cela qu’il s’agit !

 

Comme il le propose je pense qu’annuler la loi El Khomri, combattre « l’ubérisation », relancer  l’emploi et la consommation populaire,  défendre et valoriser la production française, en finir radicalement avec la dette, quitter l’OTAN, mettre un terme à la monarchie présidentielle, mettre les choses à plat sur l’Europe, agir pour la paix c’est aller dans la bonne direction. C’est le moyen de redonner du sens aux valeurs de l’action collective qu’un grand peuple comme le notre a construit par ses révolutions, ses mouvements sociaux, ses résistances, ses combats internationalistes pour la souveraineté et l’indépendance nationale.

 

Il faut donc encourager le mouvement populaire à faire ce pas en avant.  Ce n’est qu’un début mais ce sera le meilleur moyen pour lui de continuer à engranger des progrès tangibles en s’appuyant sur ses nouveaux points d’appui afin de poursuivre le combat transformateur et émancipateur.

 

Il faudra inventer de nouvelles formes de pouvoir politique, d’autogestion, de contrôle ouvrier. Il ne peut y avoir de processus de transformation sans une vaste expérimentation sociale et politique, aussi bien avant le changement qu’après.

 

Voilà pourquoi et au delà du résultat il va s’agir de construire et multiplier les réseaux, les contre pouvoirs face aux institutions supranationales, politiques, économiques et financières, aux puissance hégémoniques, pour imposer les rapports de force dont le mouvement populaire, les travailleurs ont besoin.

 

Voilà les raisons pourquoi après une longue réflexion et en réfutant toute idée d’homme providentiel, ou de délégation de pouvoir je voterai pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

 

Nous vivons une période inédite de la lutte de classes nationale et internationale, toute la question, maintenant, est de savoir si nous serons capable de nous hisser à la hauteur de ce qu’elle exige.

 

Un autre plus anonyme 

Les gens qui me connaissent le savent je suis un homme de gauche, je le revendique sans aucune ambiguïté j’explique mon point de vue et je l’assume. Comme tout à chacun j’ai aussi mes incohérences sur certains sujets, mais après tout qui n’en a pas. 

Une fois ceci de dit, et mes idées assumer je ne réalise jamais d’appel à voter pour un tel ou tel, et pour tout dire la dernière fois que j’ai exposé publiquement mon point de vue sur une élection remonte à 2005 et le traité constitutionnel européens et un appel au vote NON.

C’est pourquoi avant de faire ce texte j’ai pas mal réfléchi à savoir s’il était pertinent de faire un tel appel qui outre le caractère mégalomane de la démarche (pour quelles raisons les gens devraient suivre mon avis ?) est un exercice de style que je n’apprécie pas chez les autres.

 Alors soyons très clair sur le sujet :
OUI Jean-Luc Mélenchon est un apparatchik ayant passé sa vie a faire de la politique
OUI Jean-Luc Mélenchon à un ego démesuré et veut laisser une trace marquante dans notre histoire 
OUI Jean-Luc Mélenchon est un ancien du PS. 
OUI Jean-Luc Mélenchon est un mitterandolatre.
OUI Jean-Luc Mélenchon ne brandit pas un drapeau rouge et n’ pas d’oriflamme siglé d’un A rouge 
OUI Jean-Luc Mélenchon n’est pas un révolutionnaire qui veut changer le système de production et la façon dont s’articulent les rapports de production. 
OUI Jean-Luc Mélenchon a des positions qui ne vont pas assez loin en ce qui concerne la CSG 
OUI Jean-Luc Mélenchon est pote avec Dassault
OUI Jean-Luc Mélenchon a un rapport complexe avec la presse
OUI Jean-Luc Mélenchon a surement plein d’autres sujets sur lesquels on peut se poser des questions et discuter.

Donc Mélenchon n’est pas un (mon) candidat idéal, c’est un fait. Mais une fois que j’ai dit cela, Je dois avouer que :
C’est le seul qui a une vision cohérente en matière d’écologie et de préservation du vivant, ainsi qu’en matière d’agriculture qui soit pérenne et ne soit pas juste une ressource exploitée et détruite. 
C’est un candidat qui a un programme au niveau énergétique qui me plait, avec une sortie du nucléaire programmé mais sur le long terme.
C’est le seul candidat qui propose une alternative crédible pour le renouvellement de notre vie politique. De ce point de vue c’est un des point qui m’emballe le plus le projet de constituante est je trouve une très bonne idée. Pareillement la réforme au niveau des élus avec des mandats non reconductibles et révocatoire est une chose que je demande depuis des années. 
C’est un candidat qui a une vision économique basée sur les équilibres macroéconomiques et non sur la finance et la microéconomie et je suis pour. Cette vision remet l’Etat au niveau de ce qu’il doit être et surtout souhaite la mise en place de vraies structures pour réguler la finance. 
C’est un candidat qui offre une solution qui si elle n’est pas panacée reste tout de même assez crédible en matière d’Europe. La sortie des traitées si on ne trouve pas moyens de les amendés me convient très bien. 
C’est un candidat qui a des positions en matière de politique étrangère qui me semble les plus cohérente et qui en plus précises comment il le ferait. Après on peut discuter sur plein de sujet mais c’est toujours mieux que de sauter les pieds attaché dans la guerre comme certains l’envisage a demi mots.
C’est le candidat qui représente le plus la société française en terme de tranche d’âge et de diversité sociale et culturelle, de sexe. A ce titre sont équipe de campagne et ses meeting sont assez éloquent.
C’est le candidat le candidat qui en matière de santé et d’éducation à les propositions qui sont les plus avancées. 
C’est le candidat qui en matière de travail à les propositions les plus intéressante aussi et qui permet d’envisager une amélioration pour un très grand nombre de salariés en France et surtout pour ceux qui le méritent le plus et qui par-dessus tout en ont un besoin impératif. 
C’est aussi le seul et bien malheureusement unique candidat qui donne de l’espoir, dans notre monde qui va à la dérive. C’est le seul qui nous propose des solutions pour éviter le nauffrage qui tend à tous nous emporter si nous ne faisons rien. 

 Donc oui j’appelle à voter Mélenchon mais pas que, j’en appelle à l’ensemble des personnes que je connais et celles qu’elles connaissent si elles veulent bien relayer ce message a ce poser en plus un certain nombre de questions. 

A vous les pures et le radicaux ( ce n’est pas un reproche je vous le jure, au contraire), ceux qui milites depuis des lustres, vous qui inlassablement battez le pavé pour nos droits et leur défense , vous qui avez goûté les différentes générations de lacrimos, subit les matraque et les tonfa, interrogez-vous sur la situation. Nous avons la possibilité de mettre un au second tout un candidat qui si il n’est pas du tout parfait à au moins le mérite d’être de notre côté. Certes il ne fera pas la révolution, mais au moins ce qu’il annonce permet d’envisager une amélioration de la vie de beaucoup. Rappelez-vous que la révolution peut se faire avec des gens non éduqué affamé et en mauvaise santé, mais elle ne dure jamais. Réfléchissez aussi à ce que vous/ nous avons eu la chance vivre. At a ce qui va se passer dans les années qui viennent car ne nous leurrons pas ce qui s’annonce de l’autre côté va nous nous tuer à petit feu, et en plus saper durablement grâce au système toute les possibilités de changement autre violent ce que le système ne laissera pas faire. A vous qui militez depuis des décennies, qui avez travaillé une vie entière et qui goûter un repos largement méritez, penser a vos enfant qui reviennent vivre chez vous, aux possibilités qui seront données a vos petite enfants, si rien ne change. Pensez à votre vie quotidienne et a vos pensions si l’ensemble de nos pensions explosent. Alors oui que le bulletin vous brule le doigt, je peux le comprend, que l’encre pue pour vous pareillement je peux le comprendre aussi. Mais sérieusement quand Sarkosy et juppé disent on ne doit pas avoir d’état d’âme il faut y aller pour voter Fillon a fin de défendre leur intérêt de classe pourquoi ne pourriez-vous le faire pour défendre la vôtre de classe et surtout et avant tout les Vôtres ! 

 A vous membre du PS, à vous de l’aile gauche de Solferino posez-vous aussi la question entre ce vote et celui de votre candidat. En premier ne pensez-vous pas avant tout calcul d’appareil il est temps de renvoyer l’ascenseur du vote utile après l’avoir demandé, en avoir profité et l’avoir fait pour la droite. Ce vote utile n’est-il qu’une posture politique mise en avant afin de protéger les intérêts de votre formation politique avant la défense des idées et de notre république ? Si la réponse est non vous savez ce que vous devez faire et ne plus passer pour les cocus d’une formation politique qui foule au pied l’ensemble de vos valeurs. En plus que croyez-vous qu’il va se passer si jamais le champions Vallsien est élu ? Vous aurez perdu l’élection et vous aurez perdu votre parti car les traitres seront en position de force et vous extermineront politiquement. En se basant et prétextant le résultat des urnes pour vous mettre au banc voir vous éjecter. Paradoxalement politiquement la seule façon qu’il vous reste d’exister et de garder le PS c’est que Mélenchon gagne et que grâce à cela vous puissiez vous appuyer sur le vote de la primaire et le résultat de la présidentielle.

A vous profession médical, médecin, infirmière sage-femme et autres kinésithérapeute, n’en avez-vous pas assez que votre métier ne soit plus que de la gestion comptable de dépense? De voir des gens dans l’impossibilité de se soigner correctement car ils n’ont ni les moyen, ni la possibilité d’être aidé à la faire. La question de fond derrière le vote qui nous attend est avez-vous choisi votre profession pour faire de l’argent ou aviez-vous en tête d’autre motivation que celle-là. Est-ce que la généralisation de désert médicaux comme c’est en train de se produire et qui s’accélérer est une chose en phase avec vos serment professionnels et qui y réponds le mieux?

Quand a vous mes amis commerçant et j’en ai quelques interrogez-vous sur la pérennité de vos commerces qu’ils soient ou non de proximités, si les mesure que nous propose Fillon et Macron passent. Comment vont se traduire la hausse de 2 points de TVA dans vos bilans? Pareillement comment va évoluer votre chiffre d’affaire si les retraite continue de baisser en raisons du durcissement des conditions, est-ce que un passage de 35h à 39h aura un effet particulier pour la longueur de vos journées de travail alors que vous êtes déjà à 60 heures par semaine ? Par contre les salariés eux auront surement moins la possibilité de venir dans vos boutiques. Dans le même temps est-ce que la suppression de l’ISF va vous profitez, tout comme la baisse de l’imposition sur les plus-values. Pareillement pensé vous que les 8points de baisse de l’impots sur les bénéfices compenseront tout ce que vous aurez perdu sur votre CA ? La question est simple vaut-il mieux 25% sur 100 000 ou 33% sur 200 000 ? 

 Je pourrais poser de telles questions sur le rôle des services publics et l’aménagement du territoire et des transports en commun et leurs coûts. Les sujets ne manquent. 
 Pour terminer message je tiens à repréciser je que je voulais montrer au début de ce message, Mélenchon est ce qu’il est. Il est extrêmement critiquable sur bien de sujet. Je ne suis absolument pas une groupie. Il se peut aussi que ce soit un miroir aux alouettes, c’est possible les déçus de 81 doivent le penser, comment leur donner tort ? Mais si je ne peux pas garantir de la réalisation du programme et l’honnêteté du personnage. Je sais par contre que nous n’avons pas le choix les programmes et les hommes en face ne nous laissent pas le choix. Il disait avec eux vous aller cracher du sang. C’est une certitude l’un l’annonce clairement, l’autre ne l’assume pas mais le résultat sera le même. 

Et à la différence de ce que disait Vanzetti notre agonie ne sera pas notre triomphe mais le leur.

La vie quotidienne n'est pas un long fleuve tranquille, encore moins quand le radeau dérive dans les rapides et qu'il tend à devenir ingouvernable.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article