Macron, un parcours dans la durée ; la minute d'histoire du professeur Canaille le Rouge

Publié le 8 Mars 2017

L'ancètre ?

Du préfet de Tibère

au ministre de Blummollet

 

Image associée

portrait d'époque de  Naevius Sutorius Macron

Nous sommes en 31 après la naissance de la boussole de Fillon, moment ou Tibère envoie Ponce Pilate se laver les mains en judée

6 ans avant que Néron se pointe sous le ciel de Rome.

Et là pour la première fois apparaît Macron.

Enarque de l'époque il est préfet appelé par Tibère

Caligula fit porter par Macron le testament de Tibère au Sénat, et fit casser la disposition qui léguait l'empire à son jeune petit-fils Gemellus Tibère.

Macron avait toute l'estime de Caligula prétendant au pouvoir, mais une fois celui-ci parvenu à ses fins, et grâce à l'appui du préfet du prétoire, Caligula va prendre ses distances avec son ancien mentor, jusqu'à se moquer ouvertement de lui.

L'attitude de sa femme Ennia Naevia, avec qui Caligula entretenait une relation adultère connue ou non de Macron, fut un poids pour l'empereur, qui décida de se débarrasser du couple.

L'appui de Macron en faveur de Caligula ne fut pas récompensé : devenus encombrants, Macron et son épouse Ennia furent forcés de se suicider sur ordre de Caligula peu après son arrivée au pouvoir.

 

Source : Suetone, Tacite,  Dion Cassius,

(Goscinny et Uderzo n'ont pas eu le loisir de traiter le sujet, c'est dommage dans la période)

 

Marx avait raison, l'histoire ne repasse pas deux fois les plats sinon la deuxième c'est une farce.

Méfions-nous des farce faisandée.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article