la filière réelle des emplois fictifs.

Publié le 4 Mars 2017

 

Ce que cette droite

se disant innovante

peut-être traditionaliste : 

Résultat de recherche d'images pour "juppé emplois fictif"

04 Mars 2017

Selon l’entourage de l’ancien premier ministre, rapporté par la presse dont le Figaro, le directeur de campagne de Fillon...

" Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission a François Fillon qui l’a acceptée. Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu’à l’issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro". 
 

Pendant ce temps, si Juppé ne s’est pas exprimé publiquement sur le sujet, certains responsables politiques qui appellent à sa candidature ont commencé à le « parrainer » auprès du Conseil constitutionnel .

Pour devenir officiellement candidat, le maire de Bordeaux devra se déclarer par écrit et... produire une déclaration de patrimoine au Conseil constitutionnel.

 

Pour autant cela grenouille à fond.

Tiré du même Figaro :

" ... en coulisses, tout se prépare, au cas où. Alain Juppé «ne se défilera pas si Fillon se retire», affirment ses proches, cités par l'Agence France-Presse, des propos également tenus dans les colonnes du Parisien ce vendredi. «Je ne me défilerai pas. Tout cela ressemble à un suicide collectif», aurait ainsi lâché l'ancien premier ministre à ses lieutenants. Reste qu'Alain Juppé refuse d'endosser le costume du factieux: «Je resterai loyal», répète-t-il. Aussi, le numéro deux de la primaire de la droite compte-t-il sur «une lame de fond» pour porter sa candidature. «L'appel ne peut pas venir que des gens qui étaient déjà pour moi. Il faut que ce soit plus large», a-t-il requis de ses soutiens.

mais ce que ne rappelle pas le Figaro, c'est ceci, ressorti de l'Express,  disant en avant vers le passé lors d'un certain procès concernant la ville de Paris d'alors : 

Flash back!

« Le juge a appris que Juppé, secrétaire général du RPR, a employé (de 1992 à 1995) comme directeur de cabinet Patrick Stefanini, censé travailler pour la ville de Paris, puisqu'il fait partie de l'Inspection générale. Le magistrat reproche à Alain Juppé d'avoir utilisé sept personnes ayant bénéficié d'un emploi fictif au RPR: cinq avant 1995 - Patrick Stefanini, Philippe Martel, Antoine Joly, Jérôme Grand d'Esnon et André Rougé - deux autres - Farida et Nordine Cherkaoui - ont été payés jusqu'en avril 1995 »

Peut-être que Juppé attend pour ne pas devoir le croiser dans l'escalier du moins devant les caméras ? 

Hologramme ici, emplois fictifs là, soutiens virtuels et  traversée du miroir  pour les autres.

Pas brillant le surréalisme en politique.

Aucun texte alternatif disponible.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article