Hou, le copieur , hou, le copieur !

Publié le 5 Février 2017

 

Quand Macron

nous prend

pour des ignares

 

Hou, le copieur , hou, le copieur !

Ce n'est pas parce qu'on a pas les moyens de se payer un costard qu'on est inculte.

Comme les ouvrières de Bretagne, on sait lire on a été à l'école et on n'a pas envie de devenir milliardaire mais de vivre.

Et le petit môssieur, dressé sur ses mollets de coqs emmanchés sur ses botines à un un mois de SMIC la paire de s'envoler en fin de meeting  avec cette période faite pour lever les foules (revoir la vidéo du JT de FR2 du 04 au soir) 

" De ce lieu et de ce jour date une nouvelle ère dans l'histoire du monde et vous pourrez dire : J'y étais ! .

La partie surlignée est ce que vous avez entendue. Si vous ajoutez la partie en gris, vous avez la citation originale. Elle est de Goethe,  présent à Valmy*.

L'un des plus grands si ce n'est le plus grand des écrivains allemands assiste à la bataille de Valmy, conscient de vivre un événement majeur, ce 20 septembre 1792 il l'écrira dans ses carnets.

 

Johann Wolfgang von GOETHE (1749-1832), Aus meinem Lebe : Dichtung und Warheit - De ma vie : Poésie et Vérité (1811-1833), autobiographie

Johann Wolfgang von GOETHE (1749-1832), Aus meinem Lebe : Dichtung und Warheit - De ma vie : Poésie et Vérité (1811-1833), autobiographie

Quand la grenouille "enarcoticobanquière" veut se faire aussi grosse que les géants de la pensée humaine, cela donne ce genre d'infatué.

Molière avait ses précieuses ridicules. Macron nous offre glissé dans les oripeaux d'un falot bourgeois gentilhomme sa pâle version au masculin.

On comprend que Colomb Le Guen et les autres applaudissent. Pratiques de cour et de courtisans.

 

Repost 0
Commenter cet article