arrivés au fond ils creusent encore

Publié le 1 Février 2017

 

NDDL ils en rajoutent 

Aucun texte alternatif disponible.

Afficher l'image d'origine

 

Ils ont comme qui dirait un problème dans leur rapport avec le peuple.

La dernière en date de leur sortie.

Pour les élus communistes de Loire-Atlantique, « les candidats de gauche doivent respecter les électeurs » qui, en juin dernier, se sont prononcé en faveur du projet Notre-Dame-des-Landes.
Président de l’Association départementale des élus communistes et républicains (Adecr 44), Gilles Bontemps est remonté contre Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon. Le tort de ces deux candidats de gauche, dont l’un est soutenu par le PCF, à l’élection présidentielle ? Leurs prises de position contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. 
« Des velléités sont apparues, pour plaire à des clientèles électorales marginales, de mettre le dossier sous le tapis de manière définitive, dépassant dans le renoncement l’inactivité du gouvernement actuel », dénonce l’ancien vice-président de la Région, farouche partisan du projet NDDL.
« En juin 2016, les ligériens se sont exprimés massivement et de façon claire » sur ce dossier, rappelle Gilles Bontemps. « Revenir sur cette expression, de la part de candidats à l’élection présidentielle comme Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon ou d’autres, ce serait faire preuve d’un manque de respect du suffrage universel aussi grand que lors de la grande trahison sur le traité constitutionnel européen de 2005 ».
Et l’ancien élu PCF de poursuivre : « Que l’on soit de droite ou de gauche, quel soit le niveau de connaissance ou de méconnaissance du dossier et quelle soit sa propre opinion, quand on prétend représenter les citoyens on se doit de respecter le choix des collectivités et le résultat du vote des électeurs. On ne peut pas se soumettre au suffrage universel pour se faire élire et le rejeter quand il s’agit de mettre en œuvre une décision des citoyens ».
Estimant « intolérable que des personnes voulant bafouer le suffrage des électeurs soient élues ou demeurent en responsabilité que ce soit au niveau local ou national », Gilles Bontemps exige « des engagements » des deux candidats sur le dossier NDDL.

Une position qui semble être loin d'être majoritaire parmi les adhérents de ce qui reste du PCF.

A voir les départs voire fuites que leur déclaration produisent, les ex élus du P"c"F vont finir par être majoritaire dans ce qui restera d'adhérents.en Loire Atlantique.

Curieux de savoir quelles raisons les conduisent à être si passionnément amoureux de Vinci.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article