Sera-t-il condamné

Publié le 5 Janvier 2017

 

pour assistance volontaire

à personnes en danger ?

 

L’image contient peut-être : texte

 8 mois avec sursit et confiscation du véhicule professionnel rendant le militant solidaire en militant relevant du judiciaire.

Voila sous un régime dit socialiste des réquisitions d'un proc digne de figurer parmi les héritiers de la ci devant crapule marquise de Sévigné

« Ce que je fais n’est pas un sacrifice, c’est un honneur. » Avant le début de son procès qui s’est tenu hier après-midi à Nice (Alpes-Maritimes), Cédric Herrou a tenu à rappeler à la presse le fondement de son engagement. L’agriculteur est jugé pour avoir aidé une cinquantaine d’Érythréens à s’installer dans un centre de vacances SNCF désaffecté à Saint-Dalmas-de-Tende. L’occupation de ce centre, dénoncée avec force par les élus locaux LR, avait pris fin avec l’intervention des forces de l’ordre au bout de trois jours.

La droite du comté de Nice se réjouissait.

Fi, fin décembre, les citoyens, fiers républicains du département des Alpes maritimes lecteurs de Nice-Matin élisaient Cédric Herrou «Azuréen de l’année».

 

L'homme de paille du saigneur du paillon, Eric Ciotti, en faillit faire une attaque. dommage, raté.

Dans une tribune parue illico dans le même quotidien local le 30 décembre, l’élu aussi "républicain que Maurras ou Daudet dénonce une «fausse générosité», une «filière organisée» et une attitude qui «n’a pas d’autre but que de provoquer et de défier l’autorité de l’Etat» : «Son action est une insulte aux policiers, aux gendarmes, aux douaniers et aux militaires»,estime-t-il.

Des propos qui font bondir de colère C. Herrou : «Dans la vallée, on accueille plus d’enfants que dans les services de son département [qui a en charge 210 mineurs isolés, ndlr]. On fait son boulot et il nous incrimine.»

Au pays de Virgile Barrel député communiste antifasciste, un des 27 du chemin de l'Honneur (dommage que l'Huma ne l'ait pas relevé) , Cédric Herrou n’est pas le seul à exercer une tradition solidaire dans la vallée. Des citoyens, touchés par ces hommes, femmes et enfants qui fuient des conditions difficiles dans leur pays, se sont mobilisés. «Au début, nous n’étions qu’une poignée à être sur le pont pour aider. Aujourd’hui, nous sommes plus nombreux : le village de Saorge compte 300 habitants et une trentaine de migrants y est hébergée», explique un des militants de l’association Roya citoyenne.

C Herrou de rappeler que "Beaucoup de gens, des monsieur-tout-le-monde, se rendent complices d’actions par des dons d’argent, de couvertures, d’aliments. Des gens hébergent dans la Roya et ailleurs". Pour preuve, fin novembre, Pierre-Alain Mannoni, professeur à Nice-Sophia-Antipolis et chercheur au CNRS, a du  comparaître devant ce même tribunal pour "aide au séjour et à la circulation sur le territoire national de personnes en situation irrégulière". Il avait transporté trois Erythréennes à partir de la Roya pour les déposer dans une gare de l’ouest des Alpes-Maritimes. Le voyage avait été plus court que prévu, le trio et Pierre-Alain ayant été arrêtés au péage de la Turbie sur l’A8. Le procureur avait requis «un sévère avertissement» de six mois de prison avec sursis.

Reste une question, elle n'est pas mineure: 

Alors que les acteurs de la solidarité , C Herrou en tête, démontrent au quotidien la légitimité de leur action et en creux les pratiques illégales confirmés des services sous la responsabilité du préfet du gouvernement.

Nulle procédure auprès du tribunal administratif dans le département ou par référé. A Estrosiland, on peut en trois heures privatiser une plage pour un décapiteur esclavagiste patenté.

Dans un département où la fraude fiscale n'a de plus grande que celle aux lois d'urbanisme slalomer on peut ouvertement devant le code civil et la loi littorale.

On peut sous les caméra du maire adjoint raboteur de tribune laisser prendre ses marque à un assassins de juillet. 

Mais agir pas solidarité est un délit passible de prison.

Devant ces faits,  Canaille le rouge n'a pas vu un seul élu, une seule fédération d'un parti politique se réclamant des valeurs de "gôôôche" engager la moindre procédure contre le gouvernement et les édiles responsables outre ce qui précède, de la violation des traités internationaux ratifiés par la France en matière de réfugiés, de protection de l'enfance et de libre droit de circulation.

Cela au pays de Virgile Barrel ...Sont-ils donc tombés si bas.

Repost 0
Commenter cet article

MARCHETTI Philippe 05/01/2017 17:14

Honte à la Justice française et à ces élus politiques qui se déshonorent.
Mais merci à canaille de véhiculer l'info.
@+Fifi