Macron ou Fillon ? Ou comment orchestrer une machinerie politique

Publié le 31 Janvier 2017

 

Le million des Fillon ?

Les millions de Macron ?

 

 

Macron ou Fillon  ? Ou comment orchestrer une machinerie politique

 

Le cercle des fées, mages et autres marabouts penchés sur son berceau doré ne laisse plus de doute : la machine à promouvoir Macron est en route. S'il en fallait une preuve de plus l'hallali qui sonne pour Fillon en témoigne.

Canaille le Rouge n'ira pas le plaindre tant sa politique comme valet de pieds du prédécesseur de Hollande n'inspire aucune circonstance atténuante et au contraire justifie toutes les colères et condamnations  d'autant que ses pratiques le met au même rang que ceux dont il prétend se distinguer.

Mais devant le besoin impératif de donner le change, 10 ans d'expérience pesant lourd dans la balance ...et les mémoires, arrive un champion, vêtu de ses "neufs" et lumineux atours, formé dans le cénacle pour le servir après qu'il se soit servi.

La décomposition politique devant impérativement déboucher sur une recomposition assurant la continuité, faire croire que tout change pour que rien ne change. Voilà pourquoi grandit dans le monde du capital l'exigence de faire sa place à Macron.

Reste à finir de mettre son espace en culture et de sortir les obstacles. Quelques connétables de la vieille droite s'y emploient . C'est le but de l'opération de distanciation de Fillon.

Venue des propres rangs du Chevalier blanc, alimentée par ses propres Ganelon, mesurant le risque de perdre son ticket avec une recomposition avec l'extrême droite, une partie de la droite classique s'allie avec la partie du PS qui n'est pas décidée à quitter la droite rose officiellement si ancrée au pouvoir.

C'est la rente, le FMI, l'inspection des finances, les notables rassis des mandats cumulés et accumulés , des conseils d'administration, la partie médiatique non liée directement aux marchands de canons et le gratin du Gotha qui à coup de média fait gravir à Fillon son Golgotha. Cela avec l'espoir secret que si possible le martyr entraîne avec lui toutes les tares et scories visibles ou découvertes dont il faut se débarrasser.

En plus, la digue Hamon, même encore fragile, est bien installée pour contenir tout risque, même plus que limité avec Mélenchon, de voir une irruption populaire contester le cadre dont cette UE, qui bride la souveraineté et met les peuples en concurrence.

Ils y travaillent de conserve, l'espace se libère pour jouer la carte Macron c'est tout l'enjeu de la mayonnaise qu'il voudrait faire prendre. Ils  mettent les moyens.

D'où celle alliance pour être prêt à virer Fillon, c'est Dallas 2017 au pays de la Rillette. Paraître d'abord le défendre pour ensuite le sacrifier pour sauver les meubles, la rente et les prébendes.

Le but final étant d'avoir un 2e tour Macron Le Pen où tous, de Mélenchon à Fillon en passant par Hamon appelleront et voteront utile parce que républicain ... comme en 2002.

Le système gagnera 5 ans de sursit autour de ce consensus tout en gardant le fer de la haine au feu si les choses devaient empirer.

Et pendant ce temps ceux qui avaient mission historique de retourner la table jouent aux chaises musicales pour savoir qui pourra encore espérer s'asseoir autour 

 

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article