Connaissez vous Bussereau ?

Publié le 30 Janvier 2017

 

Il entre aujourd'hui

au panthéon

de la confrérie

des crétins politiques

 

image furtive du Bussereau des dunes 

D Bussereau:

"Si l'on interdit aux politiques d'employer leurs conjoints, "il faut le faire pour les épiciers et les bouchers"

 Mis à jour le 

Le Bussereau est un animal parlementaire nourrit à l'argent public  (sauf entre 82-83 où il est "attaché à la direction commerciale de... la SNCF").

C'est une variété d'Estrosi, un peu Ciotti (moins le soleil mais aussi bas de plafond). Comme nombre des politico- vidéo-microphiles,  l'espèce vit sous perfusion d'argent public. Pour lui, depuis 1977 - génération Raffarin, date de son entrée dans le club des éligibles aux indemnités électives  ou  (et -cumuls) parlementaires.

Preuve de la profondeur de l'atteinte, il précise à la journaliste qui lui rappelle que "épicier ou boucher ce n'est pas de l'argent public", l'ancien ministre de l'Agriculture de Jacques Chirac, parade immédiatement: "Un médecin ou un chirurgien qui opère avec sa femme infirmière, pardonnez moi de vous dire qu'avec la sécurité sociale il vit à 90% d'argent public".

Oui, le mal est profond. Au point de confondre salaire et indemnités.

Et de considérer - mais est-il le seul ?-  la politique comme un métier.  

Canaille le rouge avait eu l'occasion en 1994 de rencontrer le dit Bussereau, (qui a fait ses classes dans les cabinets de Poniatowski et Bonnet - les Valls Cazeneuve de Giscard)  à l'époque où celui-ci animait avec son compère H Cuq la commission d'enquête parlementaire sur la SNCF en vue (déjà) de travailler à sa privatisation via les directives européennes.

La grève de 95 avait eu entre autres vertus de renvoyer l'honorable parlementaire à ses chères études.

Il continuera comme secrétaire d'état du gouvernement Fillon à continuer de détricoter le réseau ferroviaire et à sa privatisation.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article