Acharnement, mesquineries et autres délicatesses judiciaire.

Publié le 8 Janvier 2017

Afficher l'image d'origine

 

Du côté de Nice, la partie de la magistrature que d'aucun depuis Daumier et quelques autres ont qualifié de couché tant son nom indique son positionnement naturel fait décidément preuve de beaucoup plus de célérité pour s'acharner contre un citoyen debout que pour traquer fraudeurs, délinquant divers et variés dont ceux que les membres du dit parquet croisent dans les réceptions du préfet, du président du conseil départemental ou lors des voeux du maire adjoint agitant sa marionette. 

La nouvelle est tombée un samedi en toute urgence, le parquet annonce interjeter appel de la relaxe prononcée la veille en faveur de Pierre-Alain Mannoni, poursuivi pour avoir convoyé des Erythréennes venues d’Italie.

Cet enseignant-chercheur de 45 ans, poursuivi pour aide au séjour et aide à la circulation d’étrangers en situation irrégulière, risquait cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Lors de son procès le 23 novembre, le procureur de la République avait requis à son encontre une peine de six mois d’emprisonnement avec sursis.

La présidente du tribunal n'avait pas suivi les réquisitions et son jugement notait la dimension humaine désintéressée et solidaire des faits qui avaient valu que P-A Mannoni soit appeler à comparaître.

Chacun notera immédiatement que le parquet qui dépend du garde des sceaux n'a pas interjeter lors de la non condamnation de la dame Lagarde pourtant reconnu coupable de solidarité et humanité envers un délinquant de haut de vol avec la complicité de personnages publics et de magistrat.

Le ministre de la justice pourra dire que comme pour son pote ex premier ministre et le 49.3 il y aura été contraint sans que nous sachions par qui pour ne pas avouer que le parquet a cédé aux pression de la réaction niçoise et de ses aboyeurs et qu'au sens propre c'est la droite ultra-réactionnaire qui en région PACA et à Nice fait la loi.

 

Repost 0
Commenter cet article