SNCF au quotidien et pics de pollutions médiatiques

Publié le 8 Décembre 2016

 

Les silences

et

les tonitruances

 

SNCF au quotidien et pics de pollutions médiatiques

Pendant qu'en boucle et direct "on" nous bassine avec les triolets d'une guinguette politicienne qui maintient ouvert ses volets et sonorise façon "raves parties" villes et campagnes de ses musiques lancinantes, la vie, enfin la vie la société des humains tentant de survivre, continue.

Les drames, s'il ne font pas d'audience, à la trappe. le 7 décembre 2016 en fait démonstration.

En un jour ; unité de temps.

Emprises SNCF ; unité de lieu.

La Mort ; unité d'action.

Les outils de la tragédie, laquelle vous sera tue, sont réunis.

  • Gare de Nancy un cheminot technicien d'astreinte appelé sur un dérangement est happé par un train et est tué.
  • Gare de Versailles Chantiers, une jeune femme dépressive se jette sous un train et est tuée, les cheminots sont obligés d'intervenir avant même l'arrivée des pompiers pour éviter des selfies et autres prise de vue d'une obscénité sans borne (sans parler de cette réaction sur facebook d'une autre jeune femme , part de cette obscénité,  indignée parce qu'elle s'est suicidée "devant tout le monde").
  • Gare d'Austerlitz, un homme de 48 ans, intérimaire pour une société qui travaillait comme sous traitant pour une autre société qui elle-même travaillait pour la SNCF, est tué, broyé par une foreuse. Sur ce chantier qui devrait à terme accueillir des commerces, l'ouvrier tué ne connaissait ni le travail ni les collègues avec qui ils bossait.

 

La jeune femmes, 21 ans, le cheminot, 49 ans, l'ouvrier d'Auster 48 ans.

Des vies fauchés, des familles brisées, des traumatismes à vie pour les témoins. Tout cela pour des raisons différentes mais convergentes liés à l'inhumanité de cette société ; raisons qui ne feront pas la une des JT , ne verront pas les exercices "pour en savoir plus" d'aucun commentateurs ou expert pour pointer les causes communes.

Vous ne saurez pas que la fédération CGT des cheminots qui du point de vue du trafic ferroviaire et des activités, par son réseau militant "du manoeuvre à l'ingénieur"et la densité de son implantation est certainement et de loin l'expert le plus qualifié pour éclairer. 

Vous ne saurez pas qu'elle a immédiatement réagi et a dénoncé les raisons de ces situations*.

Quand des incidents, graves ou pas, liés à la profession ou fait divers, impliquent des policiers, c'est la ruée des micros et caméras vers des syndicaliste toujours choisi le plus à droite possible, pour à la place des autorités judiciaires voire de leur hiérarchie, au nom de leur connaissance du terrain, donner le point de vue officiel. Avez vous déjà vu à la télé le secrétaire du syndicat de Nancy, de Versailles ou de Paris Austerlitz pouvoir vous expliquer la situation? 

Des faits banalisés contourné comme d'autres tels les luttes contre la répressions des militants syndicaux à travers le pays. Le monde réel social n'a pas l'exclusivité de cette censure : Pas un mots aux 20h00 la mise en examens du porte valise de Sarkozy ou sur le putsch de Valls avant de partie mettant la justice sous tutelle politique.

Par contre vous avez tout sur l'organisation du cirque bleu blanc brunâtre, les tiraillement chez la Ducelina, la parade à venir sur la palissante piste roses aux étoiles à dents de morses.

Canaille le Rouge qui ne soutien aucun candidat en général ni Mélenchon en particulier note la censure de ses meetings et le silence sur les débats autour de sa campagne quand les chiens de garde, bien dressés et grassement nourris  réservent 95% de leur temps à fuir la société réelle pour nous inoculer les jeux de leur cirque.

 

Concernant la SNCF et ces drames, ne trouvez vous pas que le bateleur de St Denis, d'habitude à la recherche de la caméra pour causer dans l'poste, est vite passé aux abonnés absents? 

le même jour, nous apprenons qu'un énarque issue du cabinet d'Anne Hidalgo va rejoindre Pepy pour s'occuper du "projet d'entreprise et de la communication.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/le-directeur-de-cabinet-d-anne-hidalgo-rejoint-la-sncf-1068054.html

Canaille le Rouge, surtout vu l'expérience vécue avec Le Vern (ex président de la Région de Normandie et pour cela nommé liquidateur délégué aux intercités) si se servir de la SNCF pour recycler les eaux usées de la solférinocratie est un gage d'air pur pour le service public 

* le texte de la Fédération CGT des cheminot, visible avec d'autres déclarations sur son site (http://www.cheminotcgt.fr/non-classe/stop/)

 | Fédération
 

COMMUNIQUÉ AUX CHEMINOTS

En moins de sept jours, deux accidents graves de salariés d’entreprises privées, dont un mortel, se sont produits. Aujourd’hui, un nouveau drame touche la famille Cheminote !

Un agent du SEG du parcours de Nancy, marié et père de deux enfants, est décédé au cours d’une intervention d’astreinte.

Pour la Fédération CGT des Cheminots, l’inacceptable contexte de la production doit cesser sur le champ !

Ce matin, des cheminots ont commencé leur journée de travail après que d’autres l’aient terminée, mais pour beaucoup d’entre eux, seront ajoutés à leur compteur professionnel :

  • Une nouvelle nuit de plus de 8h30 !
  • Des kilomètres interminables en véhicule de service !
  • Une nouvelle journée faite de cumul de fonctions !
  • Une séance de travail en tension, objectivée par des décisions inatteignables !
  • Une prise de service sans avoir eu un repos d’une durée réglementaire !
  • Une organisation de travail en sous-effectif !
  • Un collectif de travail qui ne permet pas de travailler en toute sécurité !
  • Une visite d’installations usées par leur abandon !
  • Une intervention sans véritable moyen pour respecter toute la règlementation !
  • Une reprise de travaux réalisée par des entreprises avides de bénéfices !
  • Un rapport de tournée qui reprend des anomalies déjà constatées !
  • Une reconduction d’une LTV par manque de financement !
  • Une réunion managériale sur un énième projet de réorganisation !
  • Un trajet domicile/travail dans un état physique et mental insoutenable !
  • Un mainteneur de l’Infra qui surveille une entreprise sur son parcours d’intervention !
  • Etc.

Hier, à l’INFRAPOLE de Nancy, un cheminot a été mortellement blessé dans l’exercice de son métier !

Pour la Fédération CGT des Cheminots, si les circonstances de l’accident appellent chacun à un droit de réserve, les indicateurs sécurité sont depuis trop longtemps alarmants pour ne pas faire le lien avec la désorganisation du travail et de la production. La réalité aujourd’hui est que près d’un accident de travail par journée de service concerne un agent de l’Équipement.

La Fédération CGT appelle les cheminots de tous les collèges à réagir !

Repost 0
Commenter cet article