Luttes de classe sous les tropiques,

Publié le 28 Octobre 2016

Dommage pour la quiétude

de la ministre et ses boys,

elle était attendue.

La lutte est toujours à l'ordre du jour

dans les îles caribéennes

de l'ex- empire colonial

toujours sous tutelle de l'état français 

Résultat de recherche d'images pour "ugtg guadeloupe"

"« Chahutée » en Guadeloupe, El Khomri annule sa visite à Pôle Emploi."

La ministre du travail, qui était attendue à Saint-François vendredi matin, a renoncé à visiter la structure après que des grévistes l’ont interpellée la veille.


 

La ministre du travail Myriam El Khomri, a annulé sa visite à l’agence de Pôle emploi de Saint-François prévue vendredi 28 octobre matin, a annoncé la préfecture de Guadeloupe jeudi.

 

"Arrivée en Guadeloupe mercredi, Myriam El Khomri a été « chahutée » par quelques salariés grévistes de Pôle Emploi, mercredi après-midi, aux Abymes alors qu’elle échangeait avec des bénéficiaires de la « Garantie Jeunes », selon les médias locaux.

Les manifestants avaient fait irruption dans la salle de réunion, hurlant notamment que « la garantie jeunes, c’est la précarité », selon la même source." (le Monde 28 oct.

 

Vous noterez au passage que les protestataires ne peuvent être que hurlant voir vociférant alors qu'un préfet faisant des sommations avant de lâcher les CRS  ne fera que "rappeler fermement à la raison". 


 

Jeudi après-midi, sur fond d’une loi travail décriée, seuls deux syndicats (CFE CGC et CFDT) ont accepté de rencontrer Mme El Khomri. «  En dehors des conflits, il est extrêmement important que tout le monde se remette autour de la table, et que nous arrivions à structurer un dialogue social et le compromis c’est pas la compromission c’est que chacun fasse un pas à la fois dans l’intérêt des salariés et également de la compétitivité ici en Guadeloupe »,(sic M. El Khomry)

.
 

Pour mesurer tout l'interêt de la rencontre de la liquidatrice des droits sociaux en France et dans l'ex empire coloniale, il faut savoir qu'aujourd'hui l'UGTG est le syndicat majoritaire en Guadeloupe avec  51,67 % des voix aux élections prud'homales du 3 décembre 2008; soit une progression de 4 points par rapport aux prud'hommes 2002.

Ce score place l'UGTG loin devant les autres organisations syndicales guadeloupéennes telles que la CGT-G(20 %) et la Centrale des Travailleurs Unis (9 %). Elle conduit à une représentativité singulièrement discutable des organisations de compagnie accompagnant la ministre (pour info, et pour prendre en compte des différence avec la métropole, ci après  le résultats du vote dans les sucreries et distilleries, histoire de trinquer à la santé des luttes menées par les travailleurs de Guadeloupe et lever un Ti-Punch en honneur d'Elie Domota et le coup de pied aux fesses administré sur FR2 à Fillon.

Arrêté du 24 décembre 2013 fixant la liste des organisations syndicales reconnues représentatives dans la convention collective départementale des sucreries, sucreries-distilleries et distilleries de la Guadeloupe (n° 1700) 
Dans cette branche, pour la négociation des accords collectifs prévue au titre de l'article L. 2232-6, le poids des organisations syndicales reconnues représentatives est le suivant :
― l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) : 65,77 % ;
― la Confédération générale du travail de la Guadeloupe (CGTG) : 33,85 % ;
― la Confédération générale du travail-Force ouvrière (CGT-FO) : 0,38 % ;
― la Confédération française démocratique du travail (CFDT) : 0,00 % ;
― la Confédération française de l'encadrement-Confédération générale des cadres (CFE-CGC) : 0,00 % ;
― la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) : 0,00 % ;
― la Confédération générale du travail (CGT) : 0,00 %.

Repost 1
Commenter cet article