Guadeloupe suite

Publié le 28 Octobre 2016

Pendant qu'El Khomry bouffe son chapeau.

Suite à la réaction ultra conservatrice de Fillon

protégeant la grande bourgeoisie coloniale,

l'interview d'Elie Domota

dans l'Humanité du 28 octobre 

Guadeloupe suite

Avant ce texte, un bref avis de Canaille le Rouge.

Tôt ou tard et le plus tôt sera le mieux, il faudra bien que la bourgeoisie française accepte que le peuple guadeloupéen décide de son sort librement. La solidarité de classe et l'internationalisme exige que quiconque se revendique d'une approche communiste se positionne à partir de ce droit à l'autodétermination, expression de la souveraineté populaire*.

La départementalisation, héritage du colonialisme n'est pas la seule solution. L'autonomie, l'indépendance sont aussi des pistes qu'il appartient aux guadeloupéens plus largement à tous les habitants de chacun de ces territoires d'aller souverainement explorer.

Ce qui ressortira de ce choix créera alors les bases de rapport de coopération en rupture avec la domination coloniale dont le racisme hiérarchisant les catégories sociales coïncide avec le degré d'accès au droit de propriété et la liberté d'exploiter le monde du travail.

La visite d'El Khomry comme les déclarations de Fillon montre par où passe la ligne de rupture.

* on notera avec curiosité que certains qui partagent cette idée de souveraineté pour les DOM TOM  la considère comme du nationalisme quand il s'agit de contester la souveraineté populaire de ce côté ci de l'atlantique. La souveraineté populaire ne se dose pas elle est de droit.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 1
Commenter cet article