Agression contre la police

Publié le 16 Octobre 2016

Cocktails Molotov, véhicule détruit,

appels au meurtres.

Homme cagoulés dans ou à côté

du cortège.

Mais là, pas de déferlantes répressives

Nous sommes à Bastia

Pas place de la Nation ni à Toulouse,

Rennes etc.

pas à la Grande Borne, ni à Toulouse ou place de la Nation. Bastia le 15 octobre

pas à la Grande Borne, ni à Toulouse ou place de la Nation. Bastia le 15 octobre

Mais là, pas de Valls ni de Cazeneuve en urgence, pas de manif interdite, pas de nasse à enfermer les syndicalistes et les démocrates, aucune interpellation, pas même une déclaration du proc annonçant une enquête en léger différé au 20h00 ou un syndicat réactionnaire de policiers pour dénoncer en direct des "provocateurs radicalisés"

Non les dit "nationalistes" corses (lire part de racistes chauvins) on le droit à la rue, à la provocation, à la violence mais pas de stigmatisation.

Pourtant derrière les organisateurs, qu'on ne nous dise pas qu'il n'y a jamais de fraudes, blanchiments, trafics ou autre. Les corses ne sont ni plus ni moins délinquant que le reste de la population française. Les patrons corses ne sont pas moins truands que leurs homologue continentaux.

Les pentes glissantes menant aux identitaires ne sont pas toutes tournées vers Lille. Et si la corse fut résistante, elle du combattre fermement ses propres fascistes.

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article