"Les barbares nous attaquent parce qu'ils croient que nous sommes faibles" (Fa# himself)

Publié le 12 Août 2016

 

Mais  qui sont donc

les barbares ?

Des barbares d'Ukraine et DAESH fomentés par les réactions occidentales au travail des enfants du Bengaldesh pour des enseignes incontournables de nos centres commerciaux d'ici, la même barbarie sous des éclairages différents
Des barbares d'Ukraine et DAESH fomentés par les réactions occidentales au travail des enfants du Bengaldesh pour des enseignes incontournables de nos centres commerciaux d'ici, la même barbarie sous des éclairages différentsDes barbares d'Ukraine et DAESH fomentés par les réactions occidentales au travail des enfants du Bengaldesh pour des enseignes incontournables de nos centres commerciaux d'ici, la même barbarie sous des éclairages différents

Des barbares d'Ukraine et DAESH fomentés par les réactions occidentales au travail des enfants du Bengaldesh pour des enseignes incontournables de nos centres commerciaux d'ici, la même barbarie sous des éclairages différents

La phrase titre étant d'un certain Nicolas Sarkozy (dit "fa#", pour les initiés parce qu'image d'une approche moranesque permanente au plus près du sol), ses accointances, amitiés, ses soutiens par tout ce que les théofascistes assassins disposent d'aides en espèces sonnantes et trébuchantes , quincailleries létales et autres outils dérivés de la filière Nobel, faisant qu'il ne saurait qualifier ceux ci de barbare, il faut bien chercher ailleurs qui sont ces barbares dont cause l'ex qui vise à être le futur en allant surenchérir sur les pratiques pourtant plus qu'odieuses de l'actuel.

Canaille le Rouge s'est mis en piste et pense avoir trouvé qui sont ceux qui menacent la paix civile, agissent avec violence contre la majorité de notre peuple au nom d'une idéologie totalitaire qui fait des morts quotidiens et sème la désolation dans les villes et les campagnes.

Quand on décomptera les morts à la fin de l'exercice (la presse le fait de façon systématique pour les premiers plus rarement pour les seconds) nous verrons que si ceux des théofascistes, à coup d'actes barbares aussi spectaculaires que porteur d'un obscurantislme inquisitorial, à combattre réellement, sont en progression insupportable, ceux de nos autres barbares plus discret surfent sur une crête ayant elle aussi sa sinistre progression.

Le problème c'est qu'au nom de l'indispensable combat contre les premiers , l'ensemble des droites, celle aujourd'hui en France au pouvoir ou dans la file d'attente pour y accéder, ciblent prioritairement leurs efforts contre ceux qui s'opposent aux seconds.

Et ces seconds prolifèrent et s'épanouissement sans vergogne, y compris pour nombre d'entre eux grâce à un commerce gratifiant avec les tuteurs et parrains des premiers.

C'est ce que révèle la livraison tant attendu dans les milieux initiés de la revue "Challenge".

Celle-ci vient de publier son palmarès annuel des 500 plus grosses fortunes de France.

Les 12 premier de la classe, le terme là prend tout son sens, possèdent une fortune de 194 milliards d'euros.

Une progression de 28 milliards en un an, soit + 14,5%.

 http://www.challenges.fr/classements/fortune/

Le Smic est à 1143,72 € nets mensuels et n'est plus réajusté ou alors en décime d'unité monétaire pour acheter une baguette de plus par semaine ...

Le pékin qui galère au RSA, perçoit officiellement 524,68 € par mois. S'il est éligible à l'allocation logement, cette impudente rente pour fainéants qui le cloue au pilori des assisté est aussitôt amputé de 61,67 €.

Quel rapport  avec la barbarie ?

Parmi ces 500 grandes fortunes tous les marchands de canons, les financiers, les rentiers et actionnaires des entreprises et grands groupes pilleurs de l'Afrique et du Moyen Orient qui offre sur un plateau de désespérance sociale les masses de recrutement pour la démagogie théofasciste.

Parmi ces 12 premiers, les trois quart ( 9) sont des héritiers (Bettencourt, Arnault, Mulliez, Hermès, Dassault, les frères Weitheimer, Pinault, Bolloré et Perrodo)

Ce qui veut dire que si selon l'église cela rend sourd, leur géniteurs eux mêmes héritiers n'ont pas réussi par la force du poignet.

Dans Médiapart, un blogueur plus que mécontent (à juste titre), dans un article à propos de cette édition de Challenge, dénonçant cette forme d'inhumanité qui fédère les barbaries, accroche Pascal Bruckner (encore un qui du gauchisme de 68 au fan club de  fa#  a traversé comme un astre en extinction le firmament politique). Il le retoque pour une de ces déclarations : ""il n'est rien de choquant à ce que des personnes célèbres ou riches consacrent une partie de leur temps aux indigents, façon de remercier la fortune des bienfaits dont elle les a gratifiées". Pour Bruckner, "diffamer les donateurs dans des pamphlets furieux est une satisfaction aussi creuse que frivole"."

Ce même Bruckner qui approuvera la guerre de Bush (président des USA et ancien directeur de la CIA ) et consort en Irak, guerre qui donnera naissance à El Qaïda, E.I., Daesh etc. Chiendent semé par les USA et son théofascisme créationiste, ferment actif des outils du capital portant le théofascisme islamique. Comme la dit un jour de lucidité Hillary Clinton "ce sont des monstres mais ce sont nos monstres

 

 

Si un jour par un surprenant hasard, vous parveniez à atteindre un studio, un plateau, un forum ou club de la presse pour dénoncer cet état de fait, dénoncer cette internationale brune inféodée aux grands groupes industriels et financiers et les régimes à leur botte, les chiens de garde dont ils disposent vous stigmatiseront, couperont la parole,  parfois(en fait le plus souvent) vous injurieront. Normal : en France, 7 milliardaires, le gratin des idoles de Challenge, possèdent 95% des média toutes formes d'expression  confondues. 7 milliardaires qui financent les écoles de journalisme, y recrutent leurs directions chargées de livrer leur bataille pour garder l'emprise des idées avec la même violence que les hyènes roses au pouvoir combattent ceux qui refusent la loi du talon de fer Medéfien.

Bataille des idées comme pour le reste : c'est celui qui paie qui décide et les pratiques managériales de Dassault, Bolloré Niel, Drahi et autre ne soufrent d'aucune exception.

Cela conduit les barbares du plan social à traiter de terroristes ceux qui s'opposent à leurs pillages. Cette union sacrée pour criminaliser l'action syndicale, assimiler les luttes contre les violences patronales à de la délinquances voire des crimes 
et de les assimiler aux théofascistes assassins comme l'a fait F.O. Giesbert fin juin n'est ni un faux pas, ni un dérapage mais une pratique consciente qui est pratique d'une théorie, leur théorie.

La mise en place de dispositifs antidémocratiques n'a ni volonté ni aucune capacité à arrêter la barbarie des attentats, mais ils organisent celle de la barbarie économique, celle qui agresse, harcèle, licencie casse les hommes et les femmes et tentant d'abord de briser ceux qui organisent la riposte à ces attentats économiques qui cassent le potentiel humain et économique du pays pour assurer la rente à 14.5%

"Les barbares attaquent" ? Oui.

Sur deux fronts : celui de l'obscurantisme par ceux qui depuis Kaboul dans les années 80, puis l'Irak, la Libye (l'axe du pillage des ressources naturelles exigeant de laminer toutes les souverainetés populaires) sème la terreur sanglante de masse contre les peuples, l'exporte vers les pays où les traditions démocratiques sont obstacles aux deux empires complices : les premiers, installés, financés, protégés par les seconds, barbares de l'économie, praticiens de la violence permanente contre le monde du travail.

D'accord pour une fois avec Fa# : "parce qu'ils (dont lui) croient que nous sommes faibles". Cela parce que depuis des années ils répètent pour cultiver la résignation que la crise, leur crise, et ses effluents, dont la barbarie, est fatale, qu'il n'y a de solution que la leur.

Sauf que le peuple en a marre et cherche une issue. Interdire la recherche de l'issue, c'est à cela que sert la partie ultra brune de la sinistre madrague appeler f-haine .

Mais sauf aussi qu'on ne peut rien contre la colère d'un peuple et que la seule façon de participer à son expression est de se mettre au niveau de celle-ci, au diappason de son ressenti et de l'écouter, donc de d'abord lui donner la parole, éventuellement de mettre sur la table des propositions qui rompent avec ce qui porte contrainte et barbarie, des idées qu'il devra amender enrichir porter pour en finir avec ce monde ou les barbares se déplacent en jets pour organiser la terreur et la barbarie en armant les assassins, où les incendiaires crient au feu, les terroristes hurlent à la mort et  ou les victimes des deux sont toujours du même côtés.

 

Et là , bien évidement le jeu politicien de la présidentielle et ses primaires, les parties de bonneteau "où qu'il est le pion gagnant ?", les matamores et démagos, tout ceux qui ne gravitent qu'autour d'un cadre institutionel qu'ils acceptent au préalable non seulement se disqualifient mais sont obstacles à l'indispensable combat contre les barbares. Ceux qui ont voté pour l'état d'urgence initiale, qui ne l'ont pas condamné se reconnaitront.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 12/08/2016 21:16

La déclaration de Bruckner me rappelle celles souvent entendues sortant de la bouche des enfoirés et collaborateurs du Système :
- " Heureusement qu'il y a des riches pour donner du travail aux plus pauvres ! "