Le blues du restaurateur breton (et pas que)

Publié le 1 Août 2016

ou de son intérêt personnel

contre celui

de son personnel

Le blues du restaurateur breton (et pas que)

Bilan à mi parcours  de la saison en Bretagne : 

Malgré le contexte très lourd, la Bretagne a une nouvelle fois attiré de nombreux vacanciers en juillet. Pour autant, le bilan est très contrasté chez les professionnels de l’hébergement et les restaurateurs et le constat se confirme d’année en année : le budget vacances est de plus en plus serré.
 

"Les restaurants trinquent

Les premiers à subir un pouvoir d’achat plus que jamais en berne et/ou de nouvelles habitudes de consommation, sont les restaurateurs. Repas à domicile, pique-nique ou fast-food supplantent le repas du midi (plat unique la plupart du temps)." (Le télégramme de Brest 01 08 2016 )"

 

"l’hôtellerie qui souffre de plus en plus de la concurrence via les réseaux sociaux (?) mais qui a aussi du mal, comme les restaurants, à trouver du personnel l’été."

Ces mêmes restaurateurs qui s'en prennent à la CGT quand elle vient faire respecter les droits et payer les salaires des saisonniers ?

Il faudrait que les gens aient des moyens mais, comme patrons individuellement et avec leurs organisations professionnelles, hôteliers et restaurateurs participent à la lutte pour casser le pouvoir d'achat des salariés.

Cherchez l'erreur. Enfin, l'erreur ...c'est plutôt la réalité démontrée de l'antagonisme de classe.

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 0
Commenter cet article