Lactalis fait son beurre sur le dos des éleveurs laitiers, il n'est pas le seul

Publié le 30 Août 2016

Cet article est reposté depuis Le blog de Roger Colombier.

Rédigé par Le Mantois et Partout ailleurs

Repost 1
Commenter cet article

jean-marie Défossé 30/08/2016 15:11

Si les décisions politiques de l'Europe concernant la production laitière étaient aussi blanches que le lait , nous n'aurions pas eu la suppression des quotas laitiers (en 2015 il me semble) ; suppression de quotas donnant libre cours à la minorité d'agriculteurs désirant se goinfrer sur le dos des exploitations déjà fragilisées tout en abondant involontairement ou bêtement dans le sens de la politique capitaliste qui prévaut en Europe , celle de la disparition complète des petites exploitations laitières substituées par un MONOPOLE LAITIER aux 20 , 30 , ou 50 000 vaches , plus un nombre proportionnel d'employés mal payés qui seront nécessaires à son fonctionnement , mais pas à sa qualité de produit .
Suppression des quotas , laquelle suppression favorise la surproduction et donc le stockage (pas gratuit) et permet aux multinationales comme Lactalis de tirer les prix VERS LE BAS aux seuls détriments des producteurs (et bien souvent aussi aux détriments des employés de ces multinationales). Surproduction laitière transformée en poudre de lait , laquelle serait beaucoup plus UTILE à alimenter nos cantines et surtout les pays en manque de ce produit , plutôt que d'être stockée à grand frais dans des hangars ...européens .
S'il est vrai que le lait produit en Europe est globalement plus cher de 20% au prix mondial , il n'existe aucune raison crédible pour que SEULS les producteurs fassent les frais d'un réajustement du prix sur le marché mondial.
C'est ICI en ce point crucial la différence notoire existante entre : ceux voulant avantager la MONDIALISATION (rentable pour les seuls prédateurs) , aux dommages et aux préjudices d'un MONDIALISME futur censé devoir être plus égalitaire pour TOUS .
Cette différence notoire de prix par rapport au cours mondial peut être compensée (entre autres solutions) par une baisse des énormes privilèges financiers engrangés par les actionnaires divers et de surcroît par la famille Besnier .
Encore faudrait-il que nos dirigeants politiques français aient une autre vision de l'avenir que celle qui prévaut sournoisement dans les têtes des "conquérants" financiers anglo-saxons .
Car le futur TAFTA avec les USA n'est pas le seul accord tendancieux auquel nous serons soumis ; il existe depuis 2005 il me semble , un autre accord avec la Canada tout autant préjudiciable que le premier pour l'avenir des peuples mais très FRUCTUEUX pour le Grand Capital .