♫ Vive le footeuh ♫, ♫ Vive le footeuh♫ cé teuhx les roâ de la baballe♫

Publié le 12 Juin 2016

Heureusement que le préfet à circonscrit !

Sinon,c'était la St Barthélemy

dans les calanques

♫ Vive le footeuh ♫, ♫ Vive le footeuh♫ cé teuhx les roâ de la baballe♫

Citation tirée de La Charente Libre du 9 juin 2016 :

"Manuel Valls veut que l'Euro-2016 "soit une belle vitrine de la France", se disant "déterminé à ce que les choses se passent dans les meilleures conditions"."

Et Blummollet de renchérir depuis Tulle :

"l'État prendra(it) toutes les mesures qui seront nécessaires" face aux grèves qui perturbent le pays à la veille de l'ouverture de l'Euro-2016, en faisant "appel à la responsabilité de chacun".

Toujours du même, devenu en moins d'un tour d'horloge le roi de la galéjade (comment dit-on galéjade en niçard ?):

"si l'État doit faire son devoir, il prendra toutes les mesures qui sont nécessaires pour accueillir, pour acheminer, pour transporter, pour faire en sorte que les matches puissent se tenir dans les conditions exigeantes de sécurité".

Pour A Boutonnet, le patron local des chaussettes à clous chargé de la lutte contre les hooligans , «pas de constat d'échec» :

« il n’y a pas de constat d’échec dans la mesure où l’intervention rapide et efficace des forces de l’ordre a permis de circonscrire les incidents »

Ben dame ! Qu'est-ce que ce serait s'il n'avait pas circonscrit.

Plus facile pour notre zorro des PC bunkerisés de s'en prendre à des piquets de grèves ou à des lycéens qu'à des nazillons en goguette qui eux ne reçoivent pas d'interdiction administratives de manifester.

Pourtant dès le 10 juin, les policiers anglais disaient dans ce journal ultra subversif qui se nomme Le Monde :

"Les policiers britanniques (arrivés en France pour l'aoccasion) comptent également jouer les « traducteurs culturels ». Autrement dit, apprendre à leurs homologues français à distinguer les débordements acceptables du véritable hooliganisme, l’objectif étant d’éviter les réactions disproportionnées susceptibles d’engendrer des violences.


Peut-être qu'il va falloir faire des stages intensifs dans les deux langue pour aider à mesurer le concept d'acceptable.

 

« Je crois que nous avons fait d’importants progrès depuis 1998 en ce qui concerne l’attitude des supporteurs anglais à l’étranger », estime Mark Roberts, qui dirige l’unité spécialisée dans le football de la police britannique. Impossible malgré tout de garantir que les matchs, et surtout les après-matchs, seront calmes.« Certains supporteurs qui auront trop bu et agiront mal ne sont pas connus des services de police, rappelle Mark Roberts. Avec 500 000 personnes qui se déplaceront en groupe et consommeront de l’alcool en période estivale, nous devrons être vigilants. »

En attendant, histoire d'illustrer cet espèce de vollapuk de l'international de la canette, Canaille le Rouge vous offre ce petit moment de formation à la réalité du supporter calibré pré-hooliganien par les Deschiens.

 

Au fait, faiblesse du vocabulaire ou puissance évocatrice de la langue de Molière, on nous parle de hooligans avinéesà la bière (le proc, le prefet et la presse) et pas de hooligans houblonnés ou abiérés. Une preuve de la supériorité (dans ce compartiment aussi) de la langue française qui nous qualifie d'office pour le deuxième tour...

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 1
Commenter cet article