Violences politiques

Publié le 2 Avril 2016

Les pratiques politco-provocatrices

de Lavals le terrible. 

Politico-provocatrices et terrible 

au sens premier du terme.

Violences politiques

A propos des pratiques à multiples détentes du pouvoir :

  1. Terroriser pour tenter d’empêcher les manifestations contre sa politique et tendre à les rendre aussi bien impopulaires qu'user des médias qui l'attendent pour cela pour en dévoyer le sens.
  2. Comme il n’y arrive pas, détourner vers la protestation contre les violences policières pour déplacer le centre de gravités des débats (l'inculpation d'une des brutes parmi les cogneurs, paravents des ordonateurs en témoigne).
  3. Si possible diviser par la provocation. Ses services disposent d’un historique degré d’expertise en la matière. Stigmatiser et user d’agressivité contre les organisateurs et leurs services d’ordre (vieilles méthodes qui se sont toujours retournées contre ses auteurs (les p’tits faschos provos se contiennent, leur instigateurs se combattent).

En cela les "Vallsneuve- lachrymo’s groupes" sont les dignes héritiers de Clémenceau et d'une sordide lignée de ministres de l’intérieur qui scandent l’histoire de la réaction française de Moch à Papon, de Serol à Marcellin et combien d’autres.

Donc ne pas lâcher sur la cause initiale : le retrait de la loi patronale portée par le PS, dénoncer les violences policières, isoler les provocateurs.

Finalement, il ne s’agit que de connaître son histoire de France pour ne pas être condamné à la revivre et pour cela peser efficacement.

Bref après le 31 mars, avec fermeté vigilance et volonté d’élargir, on continue

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #Raspoutine, #provocations, #PS, #lutte de classe

Repost 0
Commenter cet article