La barbarie fasciste a encore frappée.

Publié le 22 Mars 2016

De quoi est-elle le nom ?

La barbarie fasciste a encore frappée.

La volonté de semer la terreur en frappant avec la plus grande violence.

Cet acharnement à meurtrir et terroriser, caractéristique de l'histoire de la barbarie, est la signature de ce que le 20e siècle a cristalisé dans la réalité sanglante du fascisme ordinaire.

Massacre d'Etat comme à Guernica, groupusculaire comme à la gare de Bologne, hier à Madrid, à Paris, aujourd'hui à Bruxelles, constante depuis des décénies au Moyen-Orient, elle est toujours une fanatique négation de l'Humanité à partir des religions du même livre, pratique d'un système dictatorial en place, en usant pour s'y maintenir ou revant d'y parvenir.

Le crime d'aujourd'hui, une volonté de plier l'Humanité à la volonté de l’intolérance et la brutalité au nom d'une idéologie niant l'Humanité, avilissant les femmes, embrigadant les enfants.

Conjonction de l'obscurantisme barabare avec le même, "policé", siégeant au parlement de l'UE, reprennant de façon "soft" les mêmes valeurs d'aliénation et négation des droits humain ; on l'a vu cette semaine à propos de l'accord UE-Erdogan. (Lequel avec le soutien de l'UE se conduit comme Daesh ou l'EI au Kurdistan).

Une idéologie à combattre pour ses actes, sans faiblesse, mais aussi dans ses causes, systémiques : ceux qui l'alimentent ou s'en servent.

Souvent ceux qui s'en servent pactisent avec ceux qui l'alimentent et permettent aux barbares d'agir, les arment, les financent, les protègent.

Aujourd'hui que la colère et l'horreur voilent l'exigence de lucidité n'est pas surprenant. Le passage d'images terrifiantes en boucle est là pour faire écran de fumée.

C'est ce qui permet à Valls de battre la campagne en criant "On est en guerre" et d'en profiter pour sabrer ceux qui s'opposent à ses choix...dont ses alliances avec les financiers des massacreurs de Bruxelles.

Pour autant son concert de casseroles ne doit pas empêcher de tenter de rester la tête hors du courant et de chercher à baliser un chemin pour éviter de se laisser entrainer vers les abîmes.

Ce qui à l'aube de ce jour n'était qu'une reflexion devient dans la journée un appel à réfléchir : 

La barbarie fasciste a encore frappée.

A ceux qui diront que DAESH et l'EI ce n'est pas pareil, rappelons les à la dure réalité de la nature du salafisme, branche du Wahhabisme ainsi qu'à leurs historiques parrains occidentaux.

Rappelons-leur le rôle qu'ils ont joué et jouent toujours dans la répression de toute expression progressiste partout où ils ont été implantés par les ex puissances coloniales ou impériales.

Le salafisme est né à la fin du XIXe siècle. C' est un courant très proche du wahhabisme, auquel il peut pratiquement être assimilé dans sa version la plus conservatrice. appellent surtout à purifier l'islam de toute trace culturelle étrangère. La principale divergence entre les deux écoles porte sur le thème de l'Etat islamique : le wahhabisme se satisfait d'un dirigeant local - un roi, par exemple - s'il respecte et fait respecter la charia, tandis que le salafisme souhaite revenir au califat. 

L'instauration de l'Etat saoudien sur la péninsule arabique a constitué un tournant décisif pour le salafisme. Cet Etat a été bâti grâce à une alliance au milieu du 18e siècle entre le cheikh Mohammed ben Abdelwahhab et Mohammed ben Saoud, l'émir d'un clan local. En échange de la fidélité du cheikh, l'émir saoudien avait promis de faire tout son possible pour diffuser l'idéologie wahhabite. Cette alliance a finalement perduré dans le temps et continue d'exister aujourd'hui.

DAESH et EI sont les deux faces d'une même médaille accrochée à la tunique des mêmes bourreaux ; celui que Blummollet vient de décorer où celui que LaValls congratule régulièrement dans les tribunes du Parc des Princes.

 

 

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #terreur, #fascisme, #crime, #impérialisme, #complice

Repost 0
Commenter cet article

jean-marie Défossé 23/03/2016 06:27

Je voulais aborder ces sujets ce matin au lever , mais tu viens de le faire mieux que je ne l'aurais fait et de façon plus approfondie .
Oui , la solidarité des dirigeants européens aux services des oligarchies bat son plein pour "taper" une nouvelle fois dans les peuples et de la manière la plus horrible qui soit . Si la peine de mort semble avoir disparu des décisions de justice de nos sociétés européennes , à contrario et dans le cerveau malade de ceux qui nous instrumentalisent depuis des siècles , cette peine de mort est toujours omniprésente et se justifie à leurs yeux par des guerres , par des actes barbares tels ceux subits par la Belgique , la France , l'Espagne , l'Italie etc ... afin de calmer les éventuelles ardeurs et légitimes revendications des peuples .
Si de telles boucheries sont des drames pour les victimes et leurs familles , pour d'autres en revanche et quelque part , elles sont du pain béni qui relègue (entre autres) les légitimes contestations pour défendre le Code du Travail ... au fond des tiroirs .
Nous risquons dans un proche avenir d'avoir droit à un "code du travail" version européenne très édulcoré que nos descendants pourront qualifier de "code du bon servage" pour tous les salariés .
Pour en revenir à ces "terroristes" de Bruxelles mais aussi de Paris et d'ailleurs , qui pourrait continuer à croire qu'ils sont tellement stupides au point de se tromper de cible et de ne viser dans leurs sacrifices ... QUE LEURS SEMBLABLES ?
NON , ils sont conditionnés , soumis à des "influences" obscures qui en font des robots , des androïdes comme le sont devenus au même titre les peuples au service (multiple) d'un Système mafieux international qui prend sa source en Europe et qui se cache derrière un paravent de respectabilités , orné de parures monarchiques , aristocratiques et religieuses .
NON , AUCUN PEUPLE NE PEUT ENCORE A CE JOUR SE PRETENDRE ETRE LIBRE , aussi longtemps qu'il subira contre son gré les aléas caractériels et pathologiques d'une minorité propre à l'enfermement psychiatrique .