Charonne

Publié le 8 Février 2016

Charonne

Rédigé par Canaille Lerouge

Repost 1
Commenter cet article

Robert Lechêne 09/02/2016 15:44

J'étais pour ma part en Union soviétique, à la cité scientifique d'Akademgorod, quand on est venu m'informer de ce qui s'était passé en France, à Charonne, mais je n'ai su pour Fanny qu'à mon retour. Ma petite Fanny était devenue Fanny Dewerpe, veuve de son mari assassiné par la police dans une manifestation contre Ridgway. A 88 ans (je me répète), je suis fasciné d'avoir été si proche d'acteurs de l'histoire, et même de héros. Comme si ma vie en avait été par eux d'une très grande richesse.

Robert Lechêne 08/02/2016 19:11

Y a-t-il eu un procès des policiers qui, en jetant sur eux des grilles d'arbres en fonte, ont tué ces manifestants pour la paix en Algérie, et parmi eux ma capine d'enfance, Fanny Capcuich ? J'ai 88 ans, toujours en mémoire ce crime impuni.

Canaille Lerouge 08/02/2016 21:42

J'avais un peu plus de 10 ans. J'ai le souvenir gravé comme hier de ma mère accrochée à la radio (mon père y était) les infos qui tombaient et l'angoisse. Je n'ai pas vu mon père quand il est rentré. Quand je l'ai revu le lendemain soir il était changé. Fanny Dewerpe, était une copine de l'UJRF de mes parents. C'est une des seules fois où je l'ai vu se prendre la tête dans les mains et cacher ses yeux. ça secoue.
Souvenir dans l'école de mon quartier populaire du 13e, le poids de sidération puis l'école fermée le jour des obsèques. Et pour moi ma première manif, avec mon père, ce silence place de la République quand passent les catafalques. Ce temps pourri mais où le froid ne mordra que plus tard au retour.
J'ose le dire ainsi, du moins je le ressent comme tel, c'est certainement le jour où j'ai commencé à penser par moi même et qui a fait que 6 ans plus tard je sortais de... Charlety pour ...aller adhérer à la JC. On peut avoir 10 ans et avoir Charonne au coeur. Depuis 1969, je n'ai jamais raté un 8 février.