Bienvenue dans la Roberhucratie

Publié le 6 Février 2016

Bienvenue dans la Roberhucratie

Les attaques contre les bourses du travail locales s'intensfient, se diversifient.

Il y avait la droite alliée ou pas à l'extrême droite, l'extrème droite avec le plus souvent le soutien de la droite. Les zapolitiks (réforme de l'ortografe), les radis de toutes nuances toujours plus blanc à l'intérieur qui raisonnent creux au plan social, des municipalités dites de gôooche se joignaient ici ou là au concert, maintenant c'est dans le RobertHueland que cela dégaine contre la CGT.

Alors que l'ex SG du PCF dans une lettre à Cambadelis  lui dit qu'"Un rassemblement d’autant plus large qu’il doit faire face aux menaces qui remettent en cause les fondements même de notre démocratie" est nécessaire, celui à qui il a refilé le fauteuil number one (mais qui a garder un confortable strapontin dans la ville) fait l'âne pour avoir du son et pour cela multilie les tours de çon (ah la cédille!).

Cela conduit la CGT à devoir organiser une manifestation pour rappeler que la priorité ce n'est pas les promoteurs mais les travailleurs (il semblerait que dans le Val d'oise cela mérite d'être rappelé et pas qu'à Cormeille) : 

Voila ce qu'en dit la presse (La dernière phrase est succulente : ainsi donc la municipalité de Cormeille considère que la CGT c'est le camp d'en face ? Merci pour la précision ; les travailleurs apprecieront.) 

Montigny : la CGT manifeste pour défendre ses locaux

LE 05 FÉVRIER 2016MONTIGNY-LÈS-CORMEILLES DÉBAT

La situation s’enlise. En novembre dernier, la CGT de Montigny-les-Cormeilles s’inquiétait de la décision de la mairie de récupérer les locaux de l’ancienne maison de retraite dans le cadre du réaménagement de la ZAC de la gare [voir article]. Un bâtiment dans lequel étaient notamment hébergés les bureaux de l’organisation syndicale. Alors qu’elle aurait dû quitter ses locaux le 31 décembre dernier, la section CGT de Montigny-les-Cormeilles n’a cependant toujours pas déménagé.

En cause, l’impossibilité pour la mairie et la CGT de trouver un consensus autour d’une solution de repli. « Aucune proposition responsable et raisonnable n’a été faite à ce jour, hormis une hypothétique bourse du travail sur l’Agglo du Val Parisis, dans un futur lointain », précise le syndicat. Celui-ci dénonce également « la menace d’une procédure d’expulsion par décision de pénalités financières » du maire.

Une version relativisée par l’équipe municipale. « Il s’agit simplement d’un rappel du cadre législatif », précise-t-on du côté de la mairie. Si elle peine toujours à trouver des locaux pour la CGT, celle-ci assure que les discussion continuent avec le syndicat. « La balle est dans leur camp », précise la municipalité.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #cgt, #Bourse du travail, #Libertés, #promoteurs

Repost 0
Commenter cet article