E=MC2 justice

Publié le 29 Janvier 2016

Oui, toute relative ! 

E=MC2 justice

vous connaissez tous le jugement condamnant les 9 syndicalistes de Goodyear à de la prison ferme pour des violences qu'ils n'ont pas commises et cela en absence de plainte, le tout sous le ministérat de dame Taubira orchestrant les exigences vallso-macroniennes.

 

A 591km de là, 6h00 de route en respetant le code : le 13 janvier au lendemain du jugement d'Amiens. SAFT ( multinationale spécialisée dans les batteries électriques haut de gamme, premier de cordée mondial de ce marché). Même ministre pour quelques heures encore, même pression macrono-vallsiennes

 

En 2014 le patron de SAFT a touché une rémunération globale de 796 927 € en tant que Président du Directoire de Saft (sources compte publiés par le JDn éco). la direction est condamné à 10 000 € d'amende. 

l'amende représente 1/80e de son salaire annuel 

Cinq dirigeants sont cités à comparaître sur plainte de l’intersyndicale, médiaparte relevant que celle-ci s'est "lancée seule dans un combat judiciaire titanesque, sans l’appui du ministère public"

Un seul a été condamné, Patrice Le Reun, directeur de l'établissement de Nersac au moment des faits reprochés. Il écope d’une amende de 3 000 euros avec sursis, les quatre autres sont relaxés.

Vu la modestie des peines on pourrait penser qu'il s'agit de "broutilles" du genre "oublie de réunir le CE" ou "PV obligatoire non annexé" non , regardez bien Voila ce qui est cause de la "condamnation":

Mise en danger de la vie d'autrui. 

Médiapart rapporte :

Saft a sciemment surexposé ses ouvriers du site de Nersac, à quelques kilomètres d’Angoulême, au cadmium, un métal blanc, extrêmement toxique, cancérigène, à l’origine de lésions irréversibles sur le foie, les poumons et les reins. Jusqu’à entraîner des pathologies lourdes, des cancers broncho-pulmonaires pouvant apparaître à l’échelle de dix, vingt ou trente ans, puis la mort. Un salarié, Bernard Levêque, est décédé en septembre dernier, trois mois avant le pot de départ et la retraite. Un autre, Patrick Lacourarie, vérifie tous les matins qu’il est en vie. Atteint par un cancer broncho-pulmonaire reconnu maladie professionnelle par la Sécurité sociale, il se démène aujourd’hui pour que la faute inexcusable de l’employeur reconnue par le tribunal des affaire sociales soit confirmée en appel.

 

E=MC2 justice

 

10 000 euros d'amende pour un chiffre d'affaire de 678.4millions d'euro.

Sachant que dans les deux cas c'est le parquet qui fixe le niveau des peines requises plus qu'une démonstration , c'est un état des lieux de la réalité de la solférinocratie.

Pour 10 000€ la solférinocratie encadre le droit légal de tuer  par empoisonnement.

Ce pouvoir s'est installé comme assistant technique des assassinat de masse dans les sites industriel...outre filoche (qui braille vissé sur son fauteuil rose, cela devient un refrain, tous se taisent.

Et qui ne dit mot consent.

rappelons que théoriquement le porte parole du gouvernement est médecin, la ministre chargée de lamise à mort de la sécu est liée à l'industrie pharmaceutique. mais dans la solférinocratie pas question que la batterie soit en danger en matière d'exploitation c'est de l'audace encore de l'audace et dans la guerre économique il est normal qu'il y ait des mort...comme dans toutes guerre, rarement dans les états majors ou se recrute décorables et promotionables.

Toujours extrait de Médiapart (https://www.mediapart.fr/journal/economie/290116/la-societe-saft-est-condamnee-pour-mise-en-danger-de-ses-salaries) cet extrait du jugement (rappelons qu'il y a eu mort d'homme, séquelles invalidante personne en longue maladie avec préjudices physiques, moral et pré"judice financier majeur pour la sécu)

E=MC2 justice

précisons encore pour bien mesurer la straégie patronale couvert par ce jugement : en 2013 SAFT se rendant compte qu'il y avait des risques judiciaires suite à ses pratiques en matière d'hygiène et sécurité  avait tenté de vendre l'usine pour un euro symbolique à un fond financier "exotique". L'avocat général s'y était opposé en exigeant « l'interdiction de cession en l'état » de SNB au fonds d'investissement Fin’Active, convaincu d'un lien de causalité entre la cession et le passif sanitaire de l’usine. Mais nos Dandin, à l'aise dans leur charentaises, considèrent qu'avec 10 000 euro on a fait le tour du problème : le prix d'un catafalque voir deux si le RDH négocie bien. On ne sait pas si SAFT fera passer les couronnes en frais généraux et si l'amende arrivera à être défiscalisée.

Question de Canaille le Rouge :

La direction de Saft était-elle invitée, présente au bon voeux de monsieur le prefet, le tribunal et ses juges ont-ils entre deux coupe et quelques petits fours échangé sur l'usage attendu des vévhicules électriques non poluant avec le secrétaire départementale du PS ou les quatre députés dont trois solfériniens pur jus et un péricaptif des mêmes?

Enfin non poluant, dans la cour de la pref ou Bd St Germain, peut-être. Parce qu'à quelques km de là...le cadmium lui dézingue les ouvriers proportionellement au profits extorqués.

Rédigé par Canaille Lerouge

Publié dans #politique, #assassinat, #CHSCT, #SAFT, #empoisonement

Repost 0
Commenter cet article